Auto-Psychologie

Se bâillonner pour oublier

Moi j’aurais bu pour ça, enfin si tu veux…

C’est toujours comme ça que ça se passe, dès que l’enchaînement de mes pensées se prend à aller dans le rayon de « ce que j’ai rendu public », que ce soient des textes, des interprétations de textes, ceci, cela, la donnée « public » entre en compte et là… Ta gueule… Alors c’est facile, ouais… Parce que du coup de cette baguette magique, tout s’évanouit dans le brouillard, l’oubli, l’oubli formidable, formidable outil, qui nécessite parfois quelques victuailles afin d’être effectif, victuailles illégales, ça va de soi voyons !

Je suis un éternel insatisfait. Parfois je trouve que ce machin que je viens d’écrire est pourri, j’en suis pas content, parfois si, mais jamais au grand jamais nom d’une pipe (ouais je suis vieux) j’en suis satisfait. Tout ce que je fais, ainsi, n’est pas fini. Je ne suis pas fini, d’ailleurs. D’ailleurs, ta gueule.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s