Quotidien alternatif

Attendre

Je n’ai que ça à faire, et occuper mon temps comme je veux, ce qui est en soi plutôt agréable… Mais là, faut que j’attende. Alors j’attends. J’attends en regardant des films, des séries, en essayant des jeux, en bloquant de temps en temps sur l’un d’eux, en écrivant, en faisant des expériences, en lisant. J’attends.

Pourquoi se poser tout de suite cette question « attendre quoi ? » et ne pas simplement accepter l’idée que l’attente puisse se suffire à elle-même, alors non, y a pas besoin de ça, moi j’attends. Simplement. Je le tue, le temps. Comme on dit… (ta gueule)

Après, on s’en fout de ce que j’attends, toujours est-il que ça se fait désirer… Et cette attente faite de montagnes russes émotionnelles devient, à certains moments cycliques, de plus en plus frénétique et pénible. Mais sagement, j’attends. J’attends de plus en plus et le temps est de plus en plus mort, tué par des mecs comme moi, des vauriens, mais pas trisomiques…

L’attente est à la fois sereine et électrique, elle sera récompensée, plus elle sera longue, car toute attente est récompensée, enfin pour ma part, car j’évite d’attendre des choses impossibles ou très improbables. La mélancolie est un sentiment qui m’échappe et je ne saurais stagner dans une période à longs termes, dans le spleen. Quand bien même j’aime rêver. Il faut toujours s’autoriser à rêver.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s