Marijuana

Bang !

Quand, bien décidé à ne pas changer une habitude quotidienne, mais tout de même interpellé par une amélioration possible des circonstances dans lesquelles sont pratiquées cette habitude, tu te décides finalement et après en avoir brisé quelques uns dans une vie trop houleuse pour faire réellement le pas, à monter d’un palier et atteindre le monde heureux et joyeux des pipes à eau en verre, au départ émerveillé par ces centaines de modèles plus ou moins brillants, plus ou moins designs, plus ou moins industriels, tu finis par t’apercevoir que d’une c’est un trou à fric, et que de deux, c’est prévu comme ça : un bang en verre ça se casse et l’usager en rachète un après, et aussi tout ce qui va avec parce que les accessoires de l’ancien qui ont survécu ne sont pas aux dimensions du nouveau la plupart du temps. Et si quelques bangs sont vendus avec une mallette de transport, ça reste rare et bien plus cher. Alors il faut ruser. T’en pètes un, deux, ensuite tu réfléchis.

Donc soit : les bangs en verre sont un produit de consommation, et pas mal de boutiques physiques et en ligne l’ont bien intégré, ils vendent masse de bangs en verre tous plus fragiles les uns que les autres (ou l’inverse, merci au verre de 9mm d’épaisseur quoi j’en ai pété un sur de la tomette) mais tous plus beaux les uns que les autres également, mais dès que tu cherches un sac rembourré aux dimensions acceptables pour le mettre à l’abri dans le meilleur des cas, et le déplacer de A à B sachant que B est à plus d’une rue de A, dans le pire des cas, ben c’est peanuts, ou faut se limiter à des trucs de qualités douteuses alors qu’en définitive, des sacs de telles factures existent, mais ils ne sont simplement pas destinés à cet usage au départ : instruments de musique, valises de voyage, etc. tout ce qui est disons « acceptable » – dans le sens de qui-ne-va-pas-avec-un-truc-illégal. Mais une pratique devient de plus en plus banalisée, c’est celle de fumer le narguilé, et là on peut trouver des sacs dédiés plus facilement, il suffit donc de changer de mot clé, de « sac protection bang » passer à « sac protection shisha » ou autres orthographes. Tout ça avant, ou pas d’ailleurs, de passer à l’étape supérieure : faire soi-même son sac spécifiquement réservé à son précieux bang à partir de trucs à la base pas trop faits pour… Si tu as la fibre créatrice, que tu sais coudre, manipuler des matières diverses, concevoir et réaliser de ce type d’outil, alors là éclate toi !

Ce semble être un créneau commercial non exploité, les sacs de protection, de transport, des bangs, vendus en aval. Par contre j’imagine facilement que dans le cas d’un projet d’une telle envergure, faudrait se méfier de la mafia des bangs, qu’elle soit hollandaise, belge, allemande, espagnole, même française, ces vendeurs de bangs sans scrupule qui je suppose, pour défendre leur steak, iraient jusqu’à briser des entreprises naissantes qui risqueraient de leur faire baisser (un peu) leur chiffre d’affaire. Cela dit, de l’artisanat simple, ce n’est pas une menace pour eux. Des pièces uniques, à l’arrivée c’est vendu cher, je suppose aussi que certaines personnes adeptes seraient prêtes à mettre un peu plus de pognon s’il s’agissait de protéger leur outil graalistique avec un truc personnalisé, un objet unique.

Je soupçonne clairement ce business de faire en sorte de maintenir une sécurité minimum pour les acheteurs. Mais un autodidacte saura se démerder pour au final protéger ce à quoi il tient comme à la prunelle de ses yeux, j’exagère, c’est volontaire, c’est pour pousser le lecteur à comprendre l’exaspération qu’il y a à sans cesse devoir remplacer ceci ou cela parce que ceci et cela c’est vendu dans une boîte en carton, protégé par du papier bulle et des ballons en plastique gonflés à bloc et scotchés autour du tube en verre afin qu’il ne se brise pas pendant la livraison… au moins ! Parce que là c’est remboursement et c’est leur portefeuille qui trinque, pas l’acheteur malin qui aura renvoyé l’objet à l’entreprise qui morigénera la boîte de transport, qui elle virera probablement le livreur trop peu délicat qui se permet de faire des courses avec d’autres livreurs ou des détours par des circuits de cart avec son véhicule de fonction avant de livrer les clients, ou alors le chef s’en battra joyeusement les klawettes et continuera a faire des courses de Renault Trafic avec ses tafioles de livreurs, l’assureur c’est son oncle, ils sont comme ça dans la famille, solidaires…

Bref… J’ai pécho euh… Quelques bangs en verre. Tu t’en fous et t’as bien raison, on chope ce qu’on veut, la vie d’un tox ne regarde que le tox en question, mais content d’avoir à ma disposition des outils d’une telle facture, d’une telle qualité, et ayant significativement moins mal à la gorge (ceci expliquant sans doute cela) je peux maintenant en parler – quel humour !

Boombaka !

Rasta (un pote de bastoche qui tapait la chem à la poste de la roquette)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s