Oracle

Hand-Phone™©®

Il est hors de question que je me lance dans la chasse aux clics. Que je fasse de la publicité auprès de quelques amis, parce que des fois je coupe tout chez moi, le téléphone, et comme je ne suis sur aucun réseau social c’est difficile d’avoir de mes nouvelles, alors eux, ouais. Que je fasse de la publicité auprès d’inconnus, certes non. Il y a deux types de blogs quand on parle de visibilité :

Ceux qui veulent le plus de lecteurs. Ceux qui veulent le moins de lecteurs. Mais dans les deux cas il est appréciable d’en avoir. Parce lorsqu’on publie des trucs c’est pas pour que ça dorme sur le mur du fond d’un terrain vague, visible uniquement par les quelques courageux qui auront osé se glisser derrière la palissade. En générale… Parce que ça me convient moi d’avoir un handicap, si lecteur il y a il aura fallu qu’il grimpe d’abord la montagne sacrée de came sucrée, qu’il glisse ensuite tout en bas de l’autre côté, et qu’il franchisse la forêt de chanvre indien certifié à 23% de THC, vient ensuite le tumultueux fleuve de kétamine et pas besoin de chercher un pont pour traverser en sécurité, il n’y en a pas. Remarque que le chanvre fait de magnifiques cordages et que ses troncs mis en fagots peuvent donner un superbe bateau, alors au boulot ! Mais nul ne s’est encore aventuré au-delà de ce point. L’horizon y est sombre et incertain. Ceux qui ont tenté la traversée se sont tous noyés. Sauf un garçon, un qui ne payait pas de mine, un qui a laissé une légende. Elle raconte qu’avec de la détermination de un peu d’acharnement, il est tout à fait possible de passer outre la malédiction du fleuve et de se retrouver, d’une manière ou d’une autre, en face. Elle raconte que ce garçon il y a des années a réussi, lui, à le faire. Non sans mal. Non sans séquelles. Elle raconte qu’il est maintenant au loin là où la Terre, noire de suie, se mêle au ciel que l’avarice à la base et la pollution à l’arrivée, des riches, ont assassiné. Le ciel n’est plus. Il a d’ailleurs perdu sa majuscule au passage. La légende ne s’arrête pas là, elle suggère qu’il coule des jours paisibles, qu’il a trouvé de la vie au-delà du fleuve maudit, qu’il s’est établi dans une petite maison isolée au bord d’un lac, faisant pousser des chèvres et élevant de la beuh.

Les tags, c’est une vraie chienlit quand on veut être précis. Bon, ça c’est surtout parce qu’à chaque fois que j’y ai eu recours, je ne les ai pas utilisés à bon escient : ils servent au référencement, non à faire d’autres catégories plus précises – quoique ça se discute. Mais pas besoin de tags ici. Je ne vois pas l’intérêt. Mettons que je commence à le faire, je verrai probablement des « hits » mais moi les « hits » je m’en tamponne le coquillard. Comme je l’ai dit précédemment, on lit ce qu’on est amené à lire de par sa destinée. Et j’ajouterai que tout a un impact.

Je n’ouvre quasiment plus jamais mon courrier, si c’est une lettre qui semble officielle, juste le fait de la voir me donne la nausée. C’est pas bien, je sais. Mais bon, on se refait pas… J’ai toujours été un peu comme ça mais j’avais cessé ces enfantillages depuis un bail. J’ouvre les mails, l’administration étatique, cette vieille prostituée sale et ridée qui fait sa star dans les soirée ayant la bonne idée de rester bien lente et austère et fonctionnant toujours de la même façon : en complicité avec la Poste, qui si je ne m’abuse a étée également complice du Nazisme à l’instar de toutes les administrations françaises pendant la seconde guerre mondiale, à commencer par la SNCF qui a gentiment emmené les gens dans des bétaillères (à vérifier pour les bétaillères) remplir les camps de concentration de toute l’Europe. Donc pas encore de mail de ces sales chiens de ronds de cuir voleurs mettant le nez dans tout ce qui les regarde pas, ni de mail du TP (Ah tu ne parlais pas d’eux ? Devine !), ni des porcs en uniforme, ni des avocats des porcs en uniforme que j’ai traités de porcs en uniforme, ni de ces fumiers de raclures de chiottes d’employés des hôpitaux psychiatriques qui te facturent ultra-cher un traitement immonde, parfois proche de la torture lorsqu’on cause isolement total, ni des cafards squatteurs des grands bâtiments officiels qui convainquent les pauvres gens de voter, si possible pour eux, afin qu’ils puissent accéder aux caisses de la ville, du département, de la région, du pays, donner des contrats à leurs copains entrepreneurs pour fabriquer des supermarchés et des parkings, vider les centre-villes des zonards qui y font la manche afin de les rendre plus tape-à-l’œil et attirer des commerces huppés afin de faire monter le prix de l’immobilier et de faire monter le quartier d’une classe et « Come in les Bobos ! You are Welcome now the place is Safe ! No punks, no racailles, no clandos ! Et si t’y es pédé tu peux appeler au 06 43… » mes couilles en ski.

Quoi je suis homophobe ? Y a aucune peur ni haine là-dedans, pas de méchanceté non plus, juste de la dérision, au pire de la taquinerie, plus précisément l’utilisation d’un cliché que je n’adopte pas, globalement, destiné à faire rire. Individuellement je n’ai rien contre les choix personnels des autres. Ce que je fais ne sert pas les homos ? J’en ai conscience mais je suis désolé, ça m’empêchera pas de déconner…

I’m just fucking with you !

Chester Conklin

Ouais je cite un psychopathe, mais quel psychopathe ! Un vrai Tyler Durden, tu l’avoueras. Enfin quand tu auras la référence si tu ne l’as pas, sinon, moi je suis d’avis de décerner le prix du psychopathe de la décennie à ce lapin de garenne… Dans un peu plus de trois mois on change de décade, ça fera la 4e fois pour moi. Encore que la 1ère fois, je n’en ai pas de souvenir, et c’est bien dommage parce que c’était la meilleure transition des 3 selon moi, c’était le passage des années 70 aux années 80, l’avènement du rap et de musiques ultra-sombres, et de rock énervé qui est devenu officiellement le hard qui est devenu officiellement le métal, les petits métalleux, ça les gavaient de porter la même étiquette musicalement parlant (et dans leur style vestimentaire) que leur parents, c’est pas frais, tu vois ? C’est même carrément défraîchi…

La 4e décade n’est pas encore commencée, et je doute fortement que ça puisse s’améliorer, vu que tout être humain qui se respecte naîtra avec un médecin-écran en face de lui, le familiarisant avec cet autre écran qu’il gardera toute sa vie, remplaçant son œil droit. Ce dernier, couplé à celui incrusté à la paume de sa main, la rendra plus parlante en communiquant ensemble tout type d’informations que les autres écrans de l’environnement contiendront, y compris ceux des autres. Les informations partagées seront contrôlées par l’utilisateur évidemment. L’écran de la paume lui fera faire tout ce qu’elle ne pouvait pas faire avant sans un smartphone, une tablette, un laptop… appeler ses amis virtuels avec la vidéo ou les appeler juste avec le micro, mais plus personne ne fait ça, d’ailleurs ça sera considéré comme suspect. Matcher sur Tinder ou trouver un Uber pour aller à son Tinder-coup-d-bite (je pousserai pas le vice à faire un jeu de mot avec chatte), trouver son chemin en évitant les flics pour garder sa cocaïne grâce à la dernière version piratée de Waze, se prendre en selfie avec des filtres à la con et vérifier les j’aime faux-culs de ses amis virtuels qui en réalité n’en ont rien à cirer, noter les restaurants alentours le plus hypocritement possible sous le pseudo Bouffeurdemoules, chatter avec des inconnus et les sexter sur une appli secondaire bien planquée dans le téléphone pour ces moments là, dans le dos de son mec, quand il s’est levé du pied gauche et qu’il a fait le petit-déjeuner.

Tout ça, ça peut se convertir au féminin, mais j’ai pas envie de le faire.

Jeune n°52456 ?
Jeune n°52456
Jeune N°52456 !
Debout ! Écoute bien cette histoire formidable…
Là… Tu es avec moi ?
Bien, commençons :

Le Hand-Phone™©® a déjà fait changer l’expression
« Parle à ma main ! »
Elle veut maintenant dire,
« Appelle-moi, prends rendez-vous, après on voit ;-) wink »
La génération future c’est toi, Jeune n°52456, alors dépêche-toi ! Profite de cette offre valable uniquement pour toi, Jeune n°52456, elle expire à 18h ce 1 Janvier 2020.
L’offre est exclusive et exceptionnelle. Elle te permettra d’avoir accès en mode VIP à nos laboratoires, et de te faire greffer notre tout premier prototype de :

Hand-Phone 2.0™©®

Jeune n°52456, deviens un-e pionnier-ère, si tu ne veux plus jamais rater une seule bonne occasion, tu seras averti directement ! Dans ton cerveau ! Dans la nouvelle version qui rend l’ancienne obsolète, nous avons remplacé les parties mécaniques par un mélange mutagène d’électrolytes microscopiques et de souches de INFORMATION CONFIDENTIELLE d’origine INFORMATION CONFIDENTIELLE.

Nous attendons tous les Jeune convoqués ce jour pour 17h30 dernier délai, tous les absents seront sévèrement réprimandés, toutes les familles des éléments récalcitrants également. Les retardataires seront réprimandés d’un avertissement seulement. Présentez vous Hangar 2 Porte 16 et donnez ce courrier officiel au secrétaire qui vous guidera.

Apple vous rappelle que nous avons besoin de chacun d’entre vous.

Merci de votre coopération et de votre compréhension.

Signé : Votre administrateur, Lieutenant en chef de la section 1C25AB3 du recrutement obligatoire de la jeunesse terrienne d’Apple Inc. Milky Way corp. de l’Univers #168554 du Multivers :
G. Rocco Narre-Fisdepute

Hand-Phone™©® n’a été testé que sur de petits animaux, aucun chien ni chat pucé n’a été utilisé, aucun animal de plus de 56 kilogrammes (norme européenne du 25-12-2019) n’a été utilisé, et aucun humain n’a été blessé pendant la phase de conception.

Voilà le type de missives qu’il faut que les générations futures s’attendent à recevoir sans être prévenus à l’avance, un jour comme ça, tellement ils font tout pour. Tellement ils ne voient pas venir la vague et qu’ils ne font rien pour la contrer. La Terre est défoncée chaque jour par tous ces petits cons arrogants, que leur arrogance finira par posséder. Et là ils feront moins les malins, les andouilles qui arguent tout savoir ou se foutre de tout ce que tu peux arguer, toi, pour leur faire comprendre qu’ils suivent le chemin qu’on a tout tracé pour eux, sans résistance, celui de leur perte, et accessoirement de celle d’un paquets de bestiaux et végétaux, mais tant que l’humanullité survit, hein… Y a pas de souci non ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s