Oracle

Vengeance vs. pardon

Il y a des fois où pardonner est au-dessus de ses moyens, le pardon devient alors plus difficile à choisir que la vengeance, qui à son tour devient une solution de facilité. 

La vengeance n’est pas pour autant une réelle solution de facilité. Il faut la fomenter, la scénariser, ou simplement attendre l’instant idéal, patienter. D’où le bon vieux dicton « la vengeance est un plat qui se mange froid » qui additionné de celui-là « y a que les montagnes qui se rencontrent pas » peut faire frissonner, voire être le début d’un film d’horreur…

Je suis la haine de Jason.
Je suis le sadisme de Hannibal.
Je suis la folie de Norman Bates.
Je suis l’intelligence de Jigsaw.
Je suis la brutalité de Leatherface.
Je suis… le dernier visage que tu verras dans cette vie.
Mouahahahahahahaha ! (rire diabolique)

Ce mec t’a fait du mal ? Il faut l’attraper, sans hésiter à lui coller une balle dans la jambe, le genou ou encore un organe non vital pour le rendre moins dangereux s’il l’est, le foutre dans un coffre de bagnole et l’amener dans une maison abandonnée, dans la cave préalablement insonorisée, l’attacher à quelque chose de solide comme un crochet dépassant des fondations de la maison. Un radiateur en fonte peut très bien faire l’affaire s’il est solidement fixé au mur. Ensuite, le plus simple mais le plus plaisant : la torture.

Sinon tu peux aussi pardonner. Peu en sont capables. 

J’ai ma protection, mais j’ai également mes malédictions.
Alors… Que choisir ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s