L'invisible

Samson & les dreadlocks

Tout le monde sait ce que c’est que les dreads, et beaucoup connaissent la légende de Samson. En me posant la question de l’utilité sur un plan spirituel des dreadlocks chez les Rastas, j’ai été amené à croiser l’idée d’une utilité vraie de ces dreads, à la légende de Samson.

Hypothèse : les cheveux plus longs donc les dreadlocks les plus longues et les plus anciennes fluidifieraient les conduits de communication entre un croyant et un dieu, Jah pour les Rastas – pour Samson ses cheveux le rendaient plus fort…
Oui, mais… uniquement plus fort ? Ces cheveux n’avaient-ils pas non plus selon différentes interprétations de la légende, selon les protagonistes, d’autres éventuelles fonctions ? Et comment ça marche un libérateur envoyé par Dieu, faut bien qu’il lui parle de temps en temps pour recentrer ? Mais je spoile ! Zut…

Sachant que la religion Rastafari tient son origine, à l’instar de la Chrétienté et de l’Islam, du Judaïsme. La légende de Samson apparaît à l’époque de David si ma mémoire est bonne (je dois confondre avec le combat entre D. et Goliath). Peu de temps avant ou après, en tous cas. Un petit rafraîchissement est de mise, on ne m’a pas parlé de Samson et de ses cheveux depuis l’internat…

Y a beaucoup trop de symboles dans la bible, on dirait que les scribes n’avaient le droit de parler de certaines choses que du bout de la langue, et que du coup ils ont tout codé avec des symboles à la con, et y en a tellement et partout que c’est impossible de s’y retrouver si on veut lire entre les lignes. En tous cas, difficile si pas impossible. Ultra sophistiqué, c’est le mot, plein de sophismes pour encenser et rendre bien plus directif et leur donner un parfum de mystères, à ces textes.

40 années dans le désert. Là je suis sur Samson, j’aborderai bientôt l’origine de la religion Rasta, car il s’agit bien au départ d’une scission entre le Judaïsme et les premiers Rastas en Ethiopie (edit : pas vraiment…), prise au sein d’un immense bazar historico-légendaire dont il faut trier le bon grain de l’ivraie avant d’y voir clair. Eh ouais, faut que je me documente vu que je n’y connais rien sauf anecdotiquement parlant – et on verra plus tard que l’Inde via les coolies, remplaçants des esclaves Noirs après l’abolition, est également pour quelque chose dans la construction de la religion Rastafari en Jamaïque, voire possiblement et carrément de l’adoption des dreadlocks entre 1930 et 1950. Et si cette dernière option est avérée, que l’arrivée de ladite coupe chez les Rastas a été tardive, ça signifie que les Rasta Éthiopiens ne portaient pas de dreads (edit : c’est surtout que je situe l’apparition de la religion Rastafari bien trop tôt, alors qu’elle est contemporaine)… Donc plus tard pour toutes ces questions (ou jamais). Moi, pour l’instant ce qui m’intéresse c’est :

Dans quel contexte est arrivé, livré par leur Dieu, un libérateur du nom de Samson, qui sera trahi par sa moitié (comme par hasard) Dalila qui lui coupera – le castra pour ainsi dire – ce qui faisait sa force : ses cheveux ?

En premier lieu, c’est la famine qui a poussé ce peuple à se déplacer vers l’Egypte, où ils n’ont sensiblement pas été super bien reçus par le Pharaon de l’époque de l’Exode. J’ai un peu cherché son nom, mais il existe apparemment un flou là-dessus. Qui était donc ce « Pharaon » qui a réduit les Juifs à l’esclavage pendant la période post-désert ? Il aurait reçu les fameuses « plaies » il me semble, mais trêve de question pour l’instant. Bon, l’Exode des Juifs est un événement qui prend plusieurs livres entiers de la Bible, les tout premiers. L’Exode est le 2e livre de l’ancien testament, celui qui succède à la Genèse dans le Pentateuque, et la Genèse est l’origine de l’humanité selon la Bible. Le Pentateuque, pour les Juifs c’est la Torah. Pour les chrétiens, ce sont simplement les 5 premiers livres de la Bible et leurs bases nouvelles (règles chrétiennes) sont plutôt situées dans le nouveau testament, l’arrivée de Jésus dans la marmite.

La Bible n’a rien d’historiquement prouvé. Mais, sur quoi d’autre se baser pour chercher ? De tous temps les hommes et les femmes ont cherché à laisser des traces pour raconter des choses à ne pas oublier, ou parler de leur civilisation, bref. Pourquoi donner moins de crédit aux écrits récoltés au fil des siècles par des scribes et bibliothécaires des premiers temps ? O.K. Mais alors dans ce cas pourquoi ne pas donner autant de crédit à la Bibliothèque de Nag-Hammadi ? Les écrits découverts dans ce codex sont apocryphes pour l’église, mais ils existent bel et bien et ils datent bel et bien de certaines époques. Relatent des choses, parlent de personnes.

Purée mais qu’est-ce que j’ai pu en bouffer des histoires super compliquées qu’en plus il fallait croire directement sinon, c’est pas bien, tu vois, tu fais pas plaisir à dieu, il va pleurer dieu, faut pas faire pleurer dieu. Rompre avec tout ça est libérateur, mais ça fout les boules grave, ça emplit de colère, comme si du jour au lendemain tu sortais de ta caverne troglodyte que tu croyais être le monde, et que tu découvrais que tout n’est que mensonge et que des choses de rêve il en existe vraiment, y a qu’à regarder ce paysage offert aux yeux à peine sorti… La colère succède à l’extase de la découverte arrivée grâce au désapprentissage d’un dogme, à un déconditionnement religieux.

Mais j’ai envie de creuser partout à la fois, j’aime bien prospecter, tenter de trouver des trucs et abandonner les premiers, reprendre mes recherches à leur base parfois… Et à moi s’ouvre le monde… Qu’ai-je été si fermé d’esprit pour penser que seuls les Rastas, seuls quelques personnages bibliques apparemment aussi, aient été touché par ce phénomène tonsurifique, et penser avoir été un des seuls à me poser la question fut si narcissique, mein got !… Bon, soit, mais elle est intéressante cette question de la liaison entre les mondes spirituels et les cheveux… Des anthropologues ont creusé sans aucun doute dans ce sens. J’y reviendrai si besoin.

Dans n’importe quelle civilisation, celui ou celle qui veut garder tous ses cheveux pour X raison, s’opposera forcément à un moment à un problème : la longueur. On doit couper si elle dépasse la taille du chevelu ? Eh ben non ! On peut feinter parce qu’on est des oufs nous, faire des tresses, faire des tresses avec des tresses, et des tresses avec des tresses qui sont faites avec des tresses… Et autres concours de nœuds marins et de pendus, autres coupes margesimpsonesque ou à la Divine dans Pink flamingos ou Female trouble (deux films de John Waters). Sinon y a la dreadlock. En plus, les dread c’est super waneugaine man. Mais ne rêves pas, si ça peut te rendre certes plus attractif car c’est très esthétique man (et à la mode), si tu es un con man, avec ou sans dreads tu resteras un con… Mais d’une manière ou d’une autre il va falloir que je revienne à Samson, sinon je vais avoir l’air justement d’un con, moi. Mais se poser une question sur les cheveux de Samson, c’est un peu comme le faire sur l’idéologie des Nazis. C’est à la fois très large et très étroit.

C’est marrant, c’est comme si une petite force m’empêchait de me documenter sur Samson. Là je suis en train plus ou moins, de me mettre dans le contexte. La vérité aussi c’est que tout ça me passionne. Et ce ne sont pas les documents vidéos ou littéraires, qu’ils soient prosélytes, neutres, à charge… qui manquent. Dans les années 70, nombre de péplums, genre cinématographique un peu boudé aujourd’hui (bon, ils ont fait Gladiator, et aussi ces films sur les Grecs je sais plus, sur les Thrace, Sparte, Troie, etc…), ont été réalisés, et parmi les meilleurs figurent des péplums bibliques tels que Ben Hur, et d’autres Samson et Dalila, etc. Et donc ouais, y a un peplum, qui date de 1949 mazette ! En technicolor siouplé comme même hein fopadékoné (* cherch pa si tu c pa t pa 1 vré). Vais-je céder à la médiocrité et à la facilité de me taper un bon vieux film d’époque de Cecil B. De Mille, en tant que document destiné à d’affiner mon esprit critique et mes connaissances générales, et éventuellement au final répondre à une question sur la relation entre le corps spirituel et le corps physique ? Et comment !!! Enfin si je le trouve sur une plate forme de streaming pirate (et je tiens à cette option : j’ai ma réputation, j’aime rester hors des clous, je suis un hors la loi car la loi est absurde). Et alors là, comme un angelot tombé de la dernière pluie, je m’aperçois qu’il existe un Samson de 2018 que c’est que je l’ai pas vu nom d’une pipe en acajou capdediou ! Bon bah, pris entre un choix cornélien, lequel choisir ? Un truc qui a 70 ans ou un truc de l’année dernière ? Allez on n’influence pas l’public (quel public ? haha). Il sortira en novembre prochain, d’où la difficulté de le trouver (l’impossibilité avérée) là, tout de suite. En revanche, y en a eu quelques uns, outre celui de 1949… Au choix, le folklore d’Hollywood !

J’ai une question m’dame vous pouvez mettre pause ? Pourquoi qu’est-ce qui va lui casser les coucougnettes au lion le Samson ? Y peut pas lui foutre la paix ? Il peut pas prendre un verre, et faire comme avec les araignées : tu mets le verre au-dessus, une feuille de papier en-dessous, et hop tu la fous dehors sans la tuer, quand on veut on peut ! Samson ça m’a tout l’air d’être un connard de facho… en tous cas dans ce film. Il est macho, arrogant, bref. Personnage tout ce qu’il y a d’agaçant. Histoire très loin du récit biblique que je vais devoir me taper si ça continue comme ça. Cette dernière réflexion m’amène à me demander un truc : y a-t-il plusieurs récits selon les courants des confessions de l’époque ? Si non il semble à la base que l’histoire de Samson soit simplement un mythe.

Sur les Rastas. Je me plantais lamentablement. Mais je dois continuer de me documenter avant de réagir et de me corriger voire carrément de m’autocensurer plus haut si mes erreurs vont trop loin. Prépara-tiffs… Humilité inside. Mais voici les faits :

La religion rastafari est née dans la première moitié du siècle 1900, l’empereur Hailé Sélassié Ier a dirigé l’Ethiopie entre 1930 et 1974 et c’est cet empereur qui a une descendance liée au roi David, et au Roi Salomon, selon toute vraisemblance. Cette descendance est du côté de l’arbre généalogique de la Reine de Saba qui aurait pendant une visite à Jérusalem fricoté vite aif avec Salomon, ce qui aurait donné toute une lignée de prétendants au trône d’Ethiopie, moitié Juifs moitié Éthiopiens.

Je viens de voir mentionné un livre qui me paraît intéressant à qui souhaite connaître plus avant le folklore éthiopien : c’est le Kebra Nagast, la gloire des Rois d’Ethiopie. Disponible au premier prix pour une vingtaine d’euros, c’est un investissement je trouve pour un livre, mais la littérature sacrée est de la nourriture spirituelle. Bah sans autre source contradictoire, il s’agirait carrément du livre de référence des Rastas. Comme la Bible pour les chrétiens.

Et paf ! Voilà une piste très intéressante, sur les dreadlocks des rastas. Le Vœu Nazarite est une influence directe de la Bible (ancien testament, pentateuque) dans le mouvement rastafari. Il y est fait référence dans le livre des Nombres, ch. 6. Parmi les préceptes à suivre pendant 7 ans, on trouve : se laisser pousser les cheveux ou dans la négative ne pas se couper les cheveux.

7 ans consacrés à Jah. Voilà ce que certains Rastas décident en faisant un vœu inspiré directement de l’ancien testament, la Torah. Et maintenant que j’y pense, j’ai pu voir certains de mes amis, de drôles d’amis pour tout dire, sembler devenir fou en soudainement devenant super spirituel, à te parler de Jah tout le temps, écouter du reggae tout le temps, traditionnel, se laisser pousser les veuch à l’arrache. Sembler devenir fou, ouais, tout en gardant dans le coin de l’œil une petite étincelle de lucidité, comme pour te dire gravement mais plein de désespoir : « t’inquiètes pas je sais ce que je fais » et reprendre en psalmodiant quelque paroles divines, chantant les lyrics bien roots de la musique qui crache depuis son mini poste à cassettes, buvant de la bière forte, mais pas de vin… De la bière, c’est du houblon… C’est pardonné ? Et surtout vivant en ermite, SDF certes mais quelqu’un de déterminé à rester là où il a pris racine, même si ça serait probablement plus facile ailleurs. J’ai aussi vu des amis tourner réellement fous. Rastas, et fous. Parlant tout le temps seul avec des gestes brusques, faisant comme un dialogue super énervé entre lui et… Lui… Tiens ça me rappelle quelqu’un.

Le verset de la Bible concerné par ce vœu sur les cheveux tient en une phrase très directive et prometteuse (il sera sain) :

Pendant tout le temps de son naziréat, le rasoir ne passera point sur sa tête; jusqu’à l’accomplissement des jours pour lesquels il s’est consacré à l’Éternel, il sera saint, il laissera croître librement ses cheveux.

Nombres 6, verset 5 (Bible Louis Segond)

Petit à petit mon puzzle s’assemble, et surtout sans aller avaler tout rond les conclusions de quelque auteurs, et pour ça Wikipedia c’est vraiment bien, ce site pousse au max la neutralité des articles. [Note pour plus tard : faire un don à Wikipedia] ce qui fait qu’on a de la doc sourcée. On peut ainsi s’en servir ponctuellement comme d’une sorte de dictionnaire souvent à prendre quand même avec des pincettes. D’ailleurs bien souvent, des chapitres entiers essentiels à la compréhension d’un article ne sont construit que de suites d’anecdotes (sourcées, au moins, mais pas toujours) sans explication globale les reliant entre elles.

Un Nazir c’est un genre de moine Juif, ayant passé un rite typiquement Juif. Il y a de grande chance que j’en trouve trace dans le Kebra Nagast. Et cette transition m’intéresse beaucoup. Mais l’origine aussi de Nazir, donc de source judaïque, aussi. Ça m’éclairera probablement sur une question : pourquoi avoir choisi de reprendre ce rite ? Quel rapport entre les deux religions foncièrement différentes de nos jours ?

Et Samson dans tout ça ? Je l’abandonne pas mon petit Samson… J’y reviendrai.

Arte, j’aime bien Arte. Elle m’a proposé un court documentaire datant de mars dernier (2019) et portant le doux nom de Ethiopie : la terre promise des derniers rastas et comme il s’est gentiment suggéré à moi alors que je cherchais une infographie sur l’arbre généalogique de la reine de Saba, je me suis dit que… pourquoi pas… après tout. Et ça fait mal. Mais ça fait vraiment mal. En tous cas j’en sais plus. Une chose dans tous les cas, si les cheveux et leur longueur ne sont peut-être pas en rapport direct avec la conversation avec Dieu, l’herbe, elle, l’est. Je le savais mais pas comme ça. Ils considèrent le cannabis comme un sacrement divin. Dans le reportage, on assiste aux derniers instants d’un ancien, qui montait des années plus tôt à un arbre pour se rapprocher du ciel, fumer et parler à son créateur. Les temps sont durs pour les rastas en Ethiopie.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s