Auto-Psychologie

Dangereuse instabilité

De mémoire, j’ai toujours été comme ça. Instable. Cependant j’ai eu quelques périodes de stabilité, qui n’ont pas durées hélas. Ce genre de période où tu te sens bien tout le temps, y a un truc qui a changé dans ta vie. Tu n’es plus seul(e). Tout est partagé et réciproque, tout roule. Rien ne te dérange dans quoi que ce soit. Chaque chose que tu fais est agréable, ou devient normale, comme faire le ménage, sortir le chien et croiser des gens à qui tu souris spontanément. En fait ce genre de période où tu as l’impression d’avoir trouvé un genre de miroir, et tout devient facile, une compréhension mutuelle, une osmose. Mais ça ne dure pas.

Quand j’étais gosse, mon père m’emmenait parfois voir des amis à lui, un couple,  le patriarche était handicapé en chaise roulante, comme lui. Sa femme, toute fine, s’affairait à s’occuper de la maison, du jardin, de sa famille. Fort sympathiques, ils étaient tous deux à la tête d’une fratrie de 3 ou 4 enfants. Le plus jeune écoutait du rock, du rock dur, du hard… Avec une sono d’une puissance qui m’impressionnait. Il avait un sale caractère, enfin disons plutôt qu’il n’aimait pas qu’un gamin de 8 ans vienne fouiner dans ses affaires, alors il m’envoyait chier facilement. Mais il m’autorisait, avec modération, à venir écouter sa musique, il était fier de faire péter les watts. Il est devenu électricien si ma mémoire est bonne. Il m’a fait découvrir Iron Maiden trop tôt, et je ne savais évidemment pas que j’allais revenir à ce groupe aux alentours de mes 13 ans. Quand je regardais l’image d’Eddy sur la pochette de son disque,  ça me fascinait et c’est un euphémisme.

94311

De là est née une idée fixe : moi aussi je voulais me faire péter les oreilles avec du son de qualité, des basses lourdes, des aigus cristallins, je connaissais déjà les joies du Walkman, j’allais entrer dans le dur monde des watts, de la Hifi, des mini-chaînes, des cassettes audio, des disques vinyles, par la suite des disques compacts. C’était avant qu’on puisse utiliser un ordinateur facilement pour capturer tout ce qu’on voulait. Pour filmer, il fallait acheter un caméscope. Ou une caméra, encore plus compliqué. Et puis le couplage caméscope/TV se développait doucement. Tu pouvais acheter un magnétoscope pour enregistrer la télévision notamment, mais pas question de lire tes petites K7 de caméscope dessus, pas le même format. Tout était instable à l’époque, comme moi. Avec le frangin on n’apprenait pas aux parents à se servir du mode programmation du magnétoscope, ils y entendaient rien, on le faisait pour eux, pour nous c’était un jeu d’enfant, curieux qu’on était de savoir les fonctions de tous ces boutons. Certains nous échappaient quand même…

Ma première télévision fut une de ces télé-radio-réveil en noir-et-blanc, avec un écran de 10cm de diamètre. Mon frère lui, a eu droit à la version couleur, mais toujours aussi petite, et sommaire. Un bouton à tourner pour trouver les chaînes sur le réseau hertzien, exactement comme une radio. Là j’ai un écran de, je sais pas moi, au moins 50-60cm de diamètre. V’là l’contraste ! Et puis j’ai plus de télévision… C’est l’écran d’un ordinateur, point barre. La télévision, je boycotte. Je n’ai jamais payé la redevance, ça existe toujours ça ?

Mais ça fait du bien de boycotter la télévision… Tu imagines une vie sans publicité ? Sauf dans les espaces publics où personne n’y coupe, une vie sans publicité aucune, jamais. Une vie où jamais au grand jamais un seul connard ne viendrait te suggérer ce qui va soi-disant te rendre plus heureux si tu te l’offres, jamais personne ne viendrait fabriquer un besoin factice chez toi ? Le panard… Et tout ce qui y passe on peut le trouver sur internet, de manière légale en replay ou VOD, et illégale en streaming. Alors pas d’excuse, ce qui plaît c’est la routine, savoir que quoi qu’il arrive chaque jour à telle heure un épisode de plus belle la vie est diffusé, ça rassure, alors on voit plein de gens qui font la même chose chaque jour à la même heure : se coller devant l’écran pour attendre leur Graal. Je trouve ça moche, et je ne veux surtout pas faire partie d’un tel groupe hideux, ce type de groupe informel et débile. Quand tout le monde chante, je ne chante pas. Quand personne ne chante, je pousse la chansonnette volontiers.

Qu’on se le dise !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s