Auto-Psychologie

Flots banals

C’est tellement étonnant que moi-même j’en tombe à la renverse. Après des dizaines d’années passées à me mentir sur plein de sujets, afin de construire un alter-ego, costume dans lequel je n’ai jamais été à l’aise, je me réveille enfin : je suis COMME TOUT LE MONDE… Et moi qui croyais être unique, avoir développé des choses à moi, rien qu’à moi.

  • J’ai besoin de bouffer comme tout le monde sans quoi je maigris jusqu’à crever.
  • J’ai besoin de boire sans quoi je me déshydrate.
  • J’ai besoin de dormir sans quoi je deviens fou angoissé paranoïaque et j’ai des hallucinations.
  • J’ai besoin de respirer, sans quoi j’étouffe.
  • J’ai besoin accessoirement de soins, sinon je vais crever d’une manière ou d’une autre.

Mais j’ai aussi un besoin secondaire, pas vital mais tout de même essentiel pour ma santé mentale et mon amour propre. J’ai ce besoin de ressentir qu’il existe sur cette Terre des gens qui me voient pas comme un monstre, qui m’acceptent, qui me désirent, sans quoi je dépéris. J’ai besoin de baiser, et pour baiser comme je l’entends, avec sentiments, je dois sortir de ma dépression en premier lieu. Mais j’y suis tellement enfoncé…

J’ai tellement envie de me défoncer dans cet instant précis. Un cocktail interdit… Dangereux. Le genre qui fait défaillir. Atteindre encore ma limite. La frôler, jouer avec. J’ai rien à perdre.

Guide des combinaisons de drogues
Les combos, quoi ne pas prendre avec quoi, quoi prendre avec quoi…

Oh pas le genre qui me ferait me sentir mal, justement, celui qui ferait en sorte que je parte radicalement, j’aime pas avoir mal personnellement. Je ne suis pas du tout adepte du SM, ni maso ni sadique. J’en ai juste assez, des fois tu sais t’aimerais que tout s’arrête, tout ce qui continue de foutre le bazar dans ta vie, à peine un coin nettoyé direct investi par la merde qui s’étale, tout. Le temps y compris. Rien à foutre des autres, merde j’ai passé ma vie à penser à eux, aux autres, à agir pour le bien du plus grand nombre selon ma vision du bien, associé à la liberté. J’ai toujours voulu me sentir bien à travers le bien que je faisais à autrui, gratuit. Alors des fois, y a rien de mal à y aller et à se dire « au Diable les autres, les gens, tous ceux qui font que la vie est ce qu’elle est, de la merde, tous ceux, toutes celles qui subissent aussi, mais surtout ceux & celles qui oppressent » et de désirer que le temps stoppe, arrêter de respirer. Et si pour ça faut que la Terre entière arrête de respirer, tant pis.

J’ai envie de m’oublier totalement, de faire semblant de n’avoir jamais existé, personne ne remarquera rien, c’est juré. Tous m’ont déjà condamné. Mais c’est pas grave, faut sourire ! Youpi ! La vie c’est de la merde, à moi de faire en sorte que chaque instant se rapproche le plus de l’idée que je me fais du bonheur :

  • Ecouter de la musique à fond
  • Ecrire plein de choses
  • Chanter ce que j’écris
  • Me défoncer avec des trucs durs
  • Bien manger avec des amis
  • Communiquer avec de nouvelles personnes
  • Apprendre tout sur tout
  • Rire & pleurer parce que l’un ne va pas sans l’autre
  • Fumer des joints parce que c’est convivial
  • Fumer des bangs parce que c’est moins mauvais pour la santé que les joints
  • Boire du café pour pas dormir
  • Aimer

Aimer… Détester aussi. Parce que l’un ne va pas sans l’autre.

Je suis si banal. Désolé du peu.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s