Auto-Psychologie

Verbaliser

Non, bordel ! Je ne parle pas et je ne parlerai jamais (qu’on se le dise) de cette pratique préhistorique et gendarmistique, qu’est la verbalisation d’un délit. Je leur chie volontiers dans la bouche à toutes les putes de pervenches, à tous les ronds de cuirs de pédés de keufs de mort.

Bon, alors. A ce stade faut que je précise encore un truc. Je l’ai déjà fait mais je me choque mon-même en me relisant, je n’ai aucun scrupule à insulter un flic, attention ! Mais j’en ai à utiliser le mot « pédé » en tant qu’insulte. Je l’ai toujours fait, à ma décharge, j’ai grandi au milieu de fils de putes (idem pour les travailleuses du sexe) de faux-alpha-mâles qu’un coup de fusil réduit direct au silence, COMME TOUT LE MONDE. Imagine le carnage : une âme hypersensible évoluant au milieu de connards, alors j’ai appris leurs codes et je les ai adoptés parce qu’enfant la vulnérabilité due à mon hypersensibilité me rendait beaucoup trop visible, une cible facile, alors j’ai dû me déguiser en eux, me fondre dans cette masse de prédateurs de merde qui violent, qui volent les gens qui sont aussi pauvres qu’eux, parce que voler des gros pontes tu comprends, c’est trop risqué. Tas de fils de putes. Bref. Cela dit, je ne changerai pas de langage volontairement, si je le fais ce sera accidentel.

Putain ! J’ai la rage ce matin. Faut que j’aille au tabac, on est dimanche, il est possible qu’il faille que j’aille dans une autre ville pour ça. Bah, j’ai chopé un truc pour attacher le chien dans la cour, un truc qu’il peut pas défoncer avec ses dents de crocodile.

Ah là là bordel de merde, à chaque fois que je veux dire un truc simple je pars dans des délires sophistico-violentistiques. C’est rare que je choisisse le titre d’un billet avant de le rédiger et là c’est le cas, ça veut dire que pour une fois je m’impose une contrainte, et comme je n’aime pas les contraintes, mon cerveau malin tente de noyer le poisson. Verbaliser. Ça ne veut pas dire mettre une putain (tiens, encore un clin d’oeil aux TDS) de prune, mais ça veut dire mettre des mots sur quelque chose. Accorder le verbe à ce quelque chose. Ainsi, personnellement, lorsque je verbalise des trucs par écrit, ça me permet d’organiser ces choses dans ma tête, de les réordonner, de les estampiller « urgente » ou « obsolète » ou encore plein d’autres qualificatifs, la liste ne serait de toutes façon pas exhaustive, aucun intérêt de la faire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s