Quotidien alternatif

Fin de partie

Même joueur joue encore… J’ai faim de partir, franchement. C’est Biloute, un copain, qui m’a aidé à reconsidérer ce détail, et à en être encore un peu plus certain, surtout si c’est pour voir ce type de fils de pute. Biloute, je l’ai rencontré dans une teuf, c’est un fake-zonard, petit bourgeois à dreads déguisé en SDF, un bouffon du coin, qui se la pète un peu, il a de la malhonnêteté dans les yeux comme dans un film où tu avais grillé l’assassin depuis le début. Bon, en réalité ce connard veut juste me mettre une branlée parce que, après avoir pris plusieurs baffes par Golgoth 13, je lui ai collé une gueuze dans la gueule, et c’est un copain à Golgoth 13 (c’est une vieille histoire). Pour la petite histoire, à ma décharge, lors de cet événement marquant, j’étais défoncé à mort, à la tise, puis au LSD + kétamine + cocaïne. A sa décharge il était bourré. Pas Biloute, Golgoth 13, les tatouages de son visage se voyaient mieux ainsi. (*)

Franchement, les mecs, j’ai rien à foutre de vos vies de blaireaux, mâles alpha ne connaissant même pas l’alphabet, des benêts, ni de vos idées de mecs bien autoproclamés : ce sont des déguisements pour cacher une chose que vous avez en commun : la laideur intérieure, la malhonnêteté. Gaussez-vous tas de cons. C’est un autre con qui vous parle, un autre connard mmmmm’oyez ?

Bon alors, si le poney n’était pas interdit de manière récréative, franchement y a beaucoup de cons qui monteraient dessus régulièrement.

— Ils le font.
— Ils le font quand même tu dis ?
— Ils le font.
— Ah merde…
— Eh ouais.
— La loi de prohibition des drogues ne fonctionnerait donc pas ?
— …

Tout à l’heure je me suis payé le luxe de me shooter en IM dans le bras, (j’avais arrêté dans les bras, c’est super dangereux à cause des artères et ça fait 5x plus mal mais le sacrifice valait le coup, attends… haha) devant les gendarmes le majeur en l’air en chantant Mort aux vaches, morts aux condés, vive les enfants d’Cayenne, à bat ceux d’la sûr’té (Parabellum)

En vérité, je vais te dire, c’est pas vrai. La réalité c’est que j’ai eu une très forte envie de le faire, mais je suis quand même allé à l’abri dans ma tente de shoot à moindres risques, pleine de matériel neuf à usage unique, et sécurisée… sauf en cas de baffes.

Elle est bien ma tente de shoot à moindre risques, c’est une petite tente de shoot à moindre risques, y a de la place (juste pour moi et mes soucis), on peut se shooter tranquillement sans se faire emmerder (sauf en cas de baffes) à l’abri du regard du con de base, tu sais le gros con qui te juge parce que tu fais ça, tandis que lui sniffe ou tise, qu’il se nique allégrement tout son système respiratoire ou détruit ses cellules cérébrales in the party oh yeah ! et ne prétend pas, con mais pas faux-cul, que c’est mieux de faire comme lui…

— Bah si
— Hein ? Le mec il dit que c’est moins dangereux pour la santé de tiser ?
— Et de sniffer…
— Nan mais t’es sérieux ?
— Bah oui…
— Remarque ils ont peut-être raison : le sniff et la tise, c’est mieux que le shoot c’est bien connu.
— …

Bah c’est la fin des jeux on dirait, y en a qui rangent leurs neurones dans le fond, y en a qui les comptent, d’autres qui les pèsent pour voir la perte. C’est bien les presque-teufs (**). Hey ! J’en vois un là-bas qui est proche de la mort, son heure arrive les mecs, je pressens que ce sera pour la semaine suivante. Je le salue, je l’embrasse, je l’aime. Oh bah y a ses copains qui s’éclatent sans le voir, et même les deux meufs qu’ils ont emmenées, habillées comme des poufs d’été en hiver, se sont trouvé des sandwiches des mecs, ce qui est très difficile par les temps qui courent, où les vrais hommes, ceux qui rient et pleurent sans s’intéresser à qui les regarde, ceux qui s’aiment, manquent. Donc ça va, l’honneur de la bande est sauf, un seul petit boulet qui va crever (il aurait pas pu choisir un autre moment ?) sur une horde de 5 têtes de bétail, multisexe, multiage, multiprise, multi-ne-pas-lâcher-prise. Keep control, everybody, everwhere, mon torse d’homme poilu a gagné ton pouce bleu, merci. Sales cons.

Bon le poney, je crois que je n’aime plus ça, ça me transcende plus du tout, et je ne me souviens que de petites parties des quelques sous-sessions qui ont pas été cool. Maman m’avait payé des cours de poney, mais il m’avait envoyé ses pattes arrière dans le bide, et c’est un détail véridique (ton serviteur vers 7 ans). Sa propriétaire m’a limite engueulé. C’était de ma faute. Grosse pute. L’enfant que j’étais n’a pas pu te le dire, l’adulte te le dit aujourd’hui. Et ton demi canasson là, bah il sentait pas bon, son hygiène était douteuse, ouais. Il chiquait la paille comme un étalon mais il avait les couilles aussi petites que celles d’un chevalin. Et il avait deux fois plus de mouches qui tournaient autour de lui, que les autres – ceux de mes camarades. J’ai même dû croire qu’il était mort, voilà pourquoi j’en ai fait le tour, moi j’aime la mort. Voilà pourquoi il m’a défoncé avec ses pattes : parce qu’il était mort, et qu’il ne le savait pas encore. On tire toujours sur le messager.

Allons dormir du sommeil du juste.

Légende :

** Presqueteufs, ce ne sont pas des teufs, mais presque…

* Les prénoms ont été changés.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s