Auto-Psychologie

Ambiversion

C’est drôle, je trouve, que Jung définisse le mot libido différemment. Pour lui c’est l’énergie psychique. Voir cet article [Wikipedia].

Je me pensais depuis toujours extraverti. Et je le suis. Mais je montre aussi des signes radicaux d’introversion. Je serais donc, selon toute logique, ambiverti. Ce mot n’existe pas dans le dictionnaire, j’ai simplement ajouté le suffixe verti à ambi. Ambiversion n’existe pas non plus, enfin il semble plus conceptuel. C’est un mélange des deux. J’ai bien ambivalent… Mais c’est trop large. Qu’importe, c’est pas ça qui va m’empêcher de gratter.

Il y a un petit moment, j’ai dû le dire dans un autre billet je me suis procuré un dictionnaire assez spécial, c’est celui des difficultés de la langue française. Et c’est une bible, vraiment. Quand un mot présente des particularités selon le contexte dans lequel on l’emploie, selon ce qui le suit ou le précède, selon pas mal de situations différentes, tout est précisé. Pas de définition du mot, ce n’est pas le but. Ainsi, à :

Intra-. 
Les composés de ce préfixe s'écrivent sans trait d'union, sauf si le complément commence par une voyelle : 
- intramusculaire, intrarachidien, intraveineux, etc.
- intra-oculaire, intra-utérin, etc.

Et c’est comme ça tout le long de l’alphabet. Un régal. Encore faut-il avoir l’occasion de mettre le nez dedans. Mais les occasions, ça se provoque ! J’aime bien écrire correctement, chose dont les gens ont de moins en moins à foutre… Eh bien ça, c’est pas fait pour me déplaire, car si on est original parce qu’on est dans le vrai, qu’on sait par exemple quand mettre un trait d’union ou non après le préfixe extra- alors franchement, on est pas dans la merde ! Moi j’te l’dis !!!!!

Je pensais depuis toujours être quelqu’un d’extraverti, mais ça dépend vachement des situations, car il en existe où je ne peux pas bouger tant elles me glacent les os. En règle générale j’ai tendance justement à me montrer, sans doute à me mettre en avant, et j’aime pas trop l’idée de se mettre en avant (vantardise, prétention) donc c’est ici un peu difficile de se l’avouer. Je suis là pour ça, me faire violence. Enfin un peu, tant que c’est supportable disons. Je suis quelqu’un qui parle fort en société, le premier à m’exciter pour un rien, c’est communicatif, ça met de l’ambiance. Ça meuble. Je meuble… avec ma grande gueule.

Je suis un meuble, le genre bruyant, une enceinte 1200 Watts RMS posée dans une clairière éclairée par la lune et les phares de quelques camtars. Je peux me permettre de le dire, moi, que je suis un meuble, mais il n’est pas question d’accepter qu’un tiers le fasse. Je me juge, j’en ai besoin, je m’évalue, c’est nécessaire pour que je comprenne tous les tenants et les aboutissants de ce qui se passe dans mon crâne. En outre, je ne supporte pas d’être jugé, que ce soit en bien ou en mal. Et là, je deviens l’extraverti qui est pas content et qui le fait savoir. Selon l’état ça peut partir loin, ou rester léger, ça dépend.

Je pense être davantage extraverti qu’introverti néanmoins. Lorsque mon tempérament prend la seconde forme, et commence à bouder, si on peut dire, là je deviens insupportable. On ne me comprend pas, et on ne fait même pas l’effort de tenter de le faire, alors je vomit ma bile verbale sur tout ce qui bouge. Et toute ma haine sort.

Extraverti, introverti, et même ambiverti, tout ça c’est bien beau, mais il faudrait creuser, se documenter plus qu’en surface, lire du Jung par exemple. Or, rien que les extraits que j’ai lu sont très difficiles pour une compréhension basique, moyenne, donc le reste sera probablement du même acabit. Mais y a plein de littératures diverses sur le sujet, des super médiocres de type Victor Douillard, voyant à la retraite, aux super scientifiques, avec méthode zététique appliquée.

La raison de faire ce type d’étude, c’est d’en apprendre plus sur soi-même, car c’est évident, ce sont des choses qui ont été observées et qui semblent agir de manière similaire sur des individus différents. Les explications qui ont pu être couchées sur papier par des personnes sérieuses, de telle ou telle réaction générique, peuvent être enrichissantes et aider à avancer dans nos constructions mentales.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s