Communication Non Violente

Je tue elle

Ça te fait kiffer ? De regarder quelqu’un agoniser. T’aimes ça ? Non ? Alors pourquoi tu te casses pas ? Pourquoi tu prends pas tes stupides clics et tes inutiles claques et pourquoi tu te tires pas ? Je ne supporte pas la pitié, alors tu sais quoi ? Tu la bouffes ta pitié de merde, ensuite tu la chies et tu la remange, et ainsi de suite. Depuis ta naissance t’as pas vu le côté phagocyte du truc ?

J’existe au delà de ta pitié de merde, et tu voudrais que ce soit en silence, en sourdine, je t’emmerde. Tu récupèreras rien de moi, pour m’avoir aidé, alors casse-toi, sérieux. T’as pas compris que tu y gagneras rien, et que je ferai tout pour que tu continues à ne pas comprendre ma langue dans sa richesse et sa pauvreté d’entre les lignes. Va te faire mettre toi qui peut le faire gratuitement, ça te fera peut-être un peu de bien, j’ai testé, en payant vu qu’il me reste que ça, j’ai aimé ça valait le coup. Hé toi qui grimace, va te faire foutre.

Ma conscience est HS. Attends on va s’marrer, « tu dors t’es mort » hahaha ! Je vais la suicider pendant son sommeil. Et aussi lui crever un oeil pour marquer le coup, s’en souvenir. Gentil n’a qu’un oeil. Certes. Qui a cru croira

HE ! Faut pas approcher sinon je te tue, j’m’en bats les couilles wam. ET ALLEZ rgarde l’autre fils de putes, armé de ses flingues, là. Ce porc cherchait depuis longtemps Le conflit qui serait assez important pour qu’il sorte sa bite de sa logique habituelle, et qu’il renonce à l’utilisation de cette merde en métal. Je déteste surtout les femmes. Certaines femmes. jE SAIS JE PLEURE TROP FORT. C’est une maladie, quand on souffre trop fort on pleure trop fort aussi et tout le monde se casse.

Mon ruissèlement macronique se résume à des seringues qui tombent à terre sur mes pieds, tellement y en a sur mon bureau, elles s’entassent et tombent et ce n’est pas une image, et tu sais quoi copain ? J’en ai tellement de moins en moins à foutre que je n’y touche plus depuis quelques semaines. Je laisse la scène empirer. Je jure de laisser tout ça comme ça. Comme des preuves. (edit : c’est pas vrai mais je mens si je veux maintenant tout est permis, et y aura pas d’autre edit de ce type, celui-là était là pour étrenner le truc)

Toi le sauveur, va te faire enculer, avec ton syndrome du sauveur de merde. Fais mine de sauver des gens, qui au moins, ont envie de l’être, y aura pas de lettre pour toi, pour le dire rassure-toi, y aura juste ces mots. Perdus… C’est le but. Le lecteur est ici inutile. Le mot se suffit à lui-même, tout humain supplémentaire sera refoulé radicalement, avec violence.

Toi la sauveuse, de base, tu dégages. Quand tu me vois sourire à ton égard c’est forcé. En attendant , tu représentes tout ce que je déteste.

Y a plus ni porte ni fenêtre ouverts, maintenant y a plus que des porcs et des sangliers.