Communication Non Violente

George l’univers

Un drogué qui se respecte se doit de comprendre le corps humain, en tous cas les organes par lesquels passe la drogue avant de se retrouver dans le sang – organes plus ou moins nombreux selon la voie d’administration, par ex. si on compare IM avec per os – et de finir par affecter le système nerveux central (ou autre), via des petites molécules seules autoriser à entrer dans le cerveau. Comprendre ça (surtout s’il en a la possibilité) devient une obligation pour qui ne dispose pas de fonds illimités. Pourquoi ? Parce que les drogues coûtent cher et que si on les utilise mal, on en gâche, alors quand tu renverses un verre d’eau, la perte est minime, mais si tu renverses un verre de cocaïne, là on est plus sur les mêmes chiffres.

Il y a cependant des pratiques moins utilisées que les autres, alors qu’elles sont plus efficaces. Étonnant ? Pas tant que ça. Serait-ce parce que le drogué est stupide et qu’il préfére sniffer et bien se niquer le nez plutôt que d’injecter (y a pas que l’IV dans la vie) ? Non (quoique, mais ta gueule). Les mœurs en usage selon l’époque agissent en tant que facteur, et les moeurs aujourd’hui c’est que la voie d’administration per os et en insufflation c’est plus safe que s’il y a une aiguille. L’aiguille ça pique, ça blesse, le biais est fait, tu crois qu’une paille en papier ne me suffirait pas pour te tuer ? La nuit s’annonce coupante… Eh Gégé ! A ton avis combien de temps je mettrais à faire tomber cette tête de son tronc si j’ai juste un bout de papier pour couper ? Nouveau pari ! C’est Nenesse la banque comme d’hab… (ta gueule)

Je me dois d’être sincère et honnête (c’est ça) : il y a un risque que je ne prends pas en compte ici, c’est celui de l’addiction. L’addiction certes, non à un produit précis, mais à un rituel. Or, cette addiction est psychologique et généralement bien ancrée en nous. C’est donc souvent très différent de se débarrasser de l’addiction aux gestes rituels (s’allumer une clope, la tenir, la porter à sa bouche) comme celui de se shooter, plus que l’addiction au produit en lui-même, elle sont différentes. Je ne le prends donc pas assez en compte, c’est parce que la prohibition m’en empêche. Sous-entendu j’imagine aisément que si la prohibition tombe, énormément de soucis qu’elle provoque au quotidien en seraient solutionnés, par contre je ne sais pas comment précisément. Nous n’avons que l’alcool aux USA pour comparer ce type de situation (la levée d’une prohibition) ainsi que plus récemment avec le cannabis mais d’une je mets pas le canna au même titre des drogues que le reste, et de deux c’est pareil : déjà ce n’est pas mon pays, ensuite légalement il est organisé très différemment de la plupart des autres pays (lois fédérales prévalant sur lois étatiques). Et puis c’est loin les années 30, et pour finir dernier point complexifiant la comparaison, c’est que c’est une petite anecdote historique, la prohibition de l’alcool ne marque qu’une courte période au début du XXe siècle alors que la problématique des drogues plus générale est arrivée plus tard mais en terme de durée, a eu bien le temps d’enfoncer ses racines et de s’installer. Elle a plus d’ancienneté, et elle ne porte même pas officiellement le nom de prohibition. Dans l’inconscient collectif on ne parle pas de prohibition mais de lutte contre un fléau. Pourtant le fléau c’est elle, c’est elle qui accentue le racisme en remplissant les prisons de consommateurs typés, plus facilement attrapés que les grossistes car plus visibles, et contrôlés au faciès, c’est elle aussi qui va plus loin en mettant toutes les prisons en surpopulation, aggravant les conditions de détention et mettant au même titre dans la même cellule un assassin qu’un paysan fumeur de beuh qui en a fait pousser et qui a revendu le trop plein… Mais t’aurais fait quoi toi à la place du mec ? Tu jetterais du safran par exemple toi ? Par contre faut s’en occuper sinon ça va pourrir. Bref. Les prisons sont pleines de délinquants. Les chiffres sont frappants… J’ai eu l’occasion une fois, pour documenter une infographie, de les chercher et de les considérer. Partout où les drogues sont interdites c’est le même scénario, pas assez de place en prison, une majorité de personnes qui ont commis des infractions, certes. Et leur délits ? Ils sont sans violence, sans vraie victime. La vraie victime c’est l’état qui ne touche pas sa part du gâteau. La vraie victime, c’est aussi ce gamin qui n’avait pas choisi de dealer au départ, qui voyait pas le mal (d’ailleurs où est le mal ? je suis content de trouver ce que je cherche ce serait faux-cul de lui cracher à la gueule au mec) et qui tombe une première fois sous les coups des flics qui ne s’en privent pas, pour une fois qu’ils peuvent cogner un sale dealer… sans témoin… puis vient la suite, car ce passage à tabac impuni enclenche un tourbillon de violence, de sentiment d’injustice et de désir de vengeance, et finit en prison pour une peine plus longue que la ou les premières.

Tu sais, quand on dit que l’humanité n’existe que depuis 10’000 ans, alors que la Terre a 4 milliards millions d’années (tu vois ça me parle tellement que je viens de confondre l’âge de la Terre avec celui de l’univers), ça paraît tellement insignifiant… Et pourtant… L’humanité existe depuis plus de 10’000 ans mais l’interdiction des drogues existe depuis les années 1950… Les cerveaux, à leur décharge, ne sont pas faits pour appréhender de tels contrastes entre les entiers, des comparaisons entre de tels chiffres… Si tu la fais, toi, et du premier coup de cerveau, la différence le million et le milliard, si on te présente un plat et qu’on te demande combien de molécule y a dedans, tu pourrais pas être un peu perdu entre les millions et les milliards ?

Faut que je précise encore un truc, pourquoi je mets une majuscule à Terre et pas à univers. Simple : parce que la Terre a été nommée ainsi. Mais l’univers est comme le héros de Fight Club : sans nom. L’univers n’a pas de nom. Et je prends ça comme une révélation, mais sans que cette dernière me dérange. Peut-on nommer autre chose que ce que l’on voit ? D’autres ont tenté avec Dieu, on voit le résultat. Je pense qu’on ne peut nommer que ce avec quoi on peut se comparer. Je n’ai pas de réponse définitive, et s’il en existe une officielle je doute qu’elle me convienne.

Notre univers, qui contient tout ce qui existe, à ce jour n’a pas de nom. Ceci pourrait changer soudainement pour un truc comme Frottenmabit ou Von de Fritte Bien Grasse et ce parce qu’en tant que mécène investisseur Frottenmabit aurait le droit de frotter sa bit donner son nom à un objet céleste pour la postérité alors pourquoi pas l’univers ? Mais la communauté scientifique est une des plus intègres qui soit (hmm hmm…) et elle ne sucera la bite d’aucun philanthrope, du moins de manière intéressée.

Rassure-toi, l’univers pourrait s’appeler Lagardère et il s’appellera probablement Peter, Mortimer ou Jean-Charles Trump (trois parmi les milliers de futurs enfants que Trump aura post-mortem avec sa machine à cloner le sperme et sa femme). Alors les Kévins et autres Calvins, flic ou voyou, par conviction ou appât du gain, vos voies (flic ou voyou – mais flic intègre à 100% et voyou sans scrupule genre le dealer de ces fléaux de drogues pour drogués dégénérés) ne changera rien au destin de ton prénom ni au problème d’ailleurs mais bon nous t’accordons le bénéfice du doute. Ton prénom restera merdique, et les séries que ta maman avait vues à l’époque et d’où elle a sorti ce prénom d’ailleurs, seront tombées dans l’oubli comme ton serviteur mon gars, ses héros aussi et toi tu seras toujours aussi con (les autres Kévins et Calvins, je m’excuse à votre propos).

Ok alors à ce stade, faut que je t ‘explique pourquoi j’ai été un peu méchant avec Kévin : c’est un symbole, un vrai. C’est le gendarme chiant Kévin, le mec qui te bousille la vie en prenant son pied. Y en a plein des comme ça, et comme pour Jean-Marie et maintenant Marine, ces prénoms sont devenus des symboles du résultat des actes iniques faits d’une seule personne. Je déplore ça, c’est pas que j’aime particulièrement le prénom Kévin, par contre les prénoms Marine, Jean-Marie, je les aime bien.

Je viens d’être karmiquement puni pour avoir fait ça : mon joint est tombé au sol (avant d’en finir le roulage). Étant donné que le cannabis est LE fléau contre lequel tous les kévins se battent (et qui sont des assassins comme ça : t’aurais appelé comment un mec qui se serait battu contre l’usage de la pénicilline, qui aurait empêché des gens de le faire ?) je trouve juste de finir ce billet. Eh déconne pas : c’était de la beuh sans THC, au CBD, pas donnée. Légale tu dis ? Ca n’entre pas vraiment en compte pour moi, si tu crois que j’ai plus de plaisir à fumer une herbe parce qu’elle est légale grâce à l’ignorance égocentrée de nos dirigeants, tu te mets le doigt dans l’oeil. Les intentions ne comptent pas on va dire. L’enfer en est pavé.

Revenons à nos punaises car je t’avais vu venir par derrière tenter de m’asséner le coup de couteau fatal du traitre, petite larve de punaise (j’ai arrêté le scarabée, trop dur à digérer) : pour que l’univers ait une chance de s’appeler Lily ou Emma (manifestement les prénoms le plus donnés si faut en croire sites qui ne se prennent pas la tête avec la vérité), faudrait que la reproduction sociale, notion introduite par Bourdieu ne soit pas aussi répandue. M’est avis qu’il s’appellera Georges. Et qui aurait honte de George l’univers ?

Conversation improbable :

E (Emily Rose-Bonbon – humanoïde femelle méga bonne, extra-univers prête à conclure) : T’es d’où ?

C (Constantin Durien-Dutout – humanoïde mâle intra-univers aux mains trop près de sa bite) : Aaah ! J’espère que t’as pas peur de mettre les pieds dans la crotte parce que c’est la campagne ! Un coin vraiment paumé du multivers, c’est pour ça qu’on a été introduit dans les derniers. On l’a appelé George ! George l’univers, pour montrer qu’on est des gens simples tu vois, et George, c’était pour rendre hommage à la cause féministe en appelant l’intégralité de ce qui existait comme cette auteure qui a préféré prendre un pseudonyme pour écrire, si tu connais pas c’est sur wikipédé [ndlr : rien d’homophobe là dedans, c’est le nouveau nom de wikipedia depuis une attaque pirate incontournable, nouvelle race quantique de virii – et on a ENFIN remplacé le pluriel de virus par virii aussi] c’est l’époque gallo-romano-terrienne après la dernière grande glaciation, quand les grands Oumba Oumba Gaïa Massa de Nirvana-2 avaient envoyé Jésus pour détruire la Terre et qu’il s’était rebellé et qu’il avait fait croire à tout le monde qu’il était Dieu et où tout le monde s’était bien marré parce que nous, on l’avait cru le mec… C’est George, George l’univers… Dedans y a nous, c’est tout. On s’est demandé longtemps si on était les seuls dans les entrailles de George, et c’était le cas. Y a eu du monde, y a eu un âge d’or de George l’univers anciennement « la salle de jeu »… C’était un immense casino. Et puis y a eu le crash économique inter-universel et tout le monde était parti là, enfin là (il montre son écran sur lequel la fille le regarde par politesse mais ne peut pas cacher qu’elle se fait chier), là, ton monde…

E (a depuis longtemps cliqué sur bad matche, l’a redirigé sur un centre de renouvellement de santé mentale, se lime les ongles en mâchant bruyamment un mabite gum – idem que wikipedia, un virus pirate – quand elle s’ennuie Emily fait des conneries est moins jolie) : Ah bon ? Super… Désolé j’ai un livreur à la porte. Bye !

C (comprenant un certain mépris à la réaction sommaire, tentant d’appréhender son clic sur bad matche et de cliquer sur bad matche avant elle, mais échouant de peine perdue, puis de rage, envoyant son téléphone à 1000 balles fabriqués par des petits enfants chinois payés 50 centimes pièce, s’éclater sur le mur) : Ta gueule, salope.

Je rigole bien sûr, aucun autre être vivant ne saurait être arrivé ou arriver à un degré de perfidie tel que celui de l’Homme.

J’ai parlé de drogué stupide au début. Je maintiens : venant d’intégrer l’usage d’un nouveau mot sur un forum, biodisponibilité, je sais que la biodisponibilité est plus élevée si je prends mon speed par le nez ou si je l’avale (parachute) et pourtant je continue à m’injecter cette merde. Plus le speed fait mal au nez quand il est frais, plus le produit est corrosif, plus il me nique le muscle quand je l’injecte en intramusculaire. J’imagine pas l’effet du truc si on pouvait avoir une vision corps tranché avec éclairage adéquat. Je ne l’imagine pas, je te dis.

Rappel : A ce stade je dois faire un petit rappel pour les gens qui ne suivraient pas : je me fous la plupart des drogues en IM (intramusculaire = injection dans le muscle) parce que je n’ai plus de veine apparente où viser, et que je n’aime pas les autres ROA. ROA c’est pour voie d’administration (là où per os veut dire par la bouche et IM intramusculaire).

L’estomac gère mal le speed. Mais quel organe gèrerait bien un produit aussi mauvais ? J’ai appelé ça la cocaïne du pauvre parce que c’est un autre stimulant bien moins bon autant en termes de concentration qu’en terme d’efficacité, de séquelle en descente. Les effets, franchement, sont aussi différents qu’il existe de version du soi-disant produit. Cela dit, il y a une bonne raison pour que des personnes aient classé (classer = comparer) ça là plutôt qu’ailleurs. Il s’agit du produit tel qu’on le connaît, sans ses produits de coupe. Et là y a un détail qui me saute aux yeux : qui connaît le dosage de la cocaïne ? (à part un subtil mélange de tous les paysans et autre occidentaux qui ont eu la coke entre les mains depuis sa création au départ à partir des feuilles de coca)

Pourquoi la cocaïne a un meilleur succès que le speed si elle est plus coûteuse ?

La première réponse, la plus simple : plus de plaisir. Les effets sont beaucoup plus plaisants. Alors qu’en terme de dosage, le speed agit plus longtemps.

Ensuite, la cocaïne apporte effectivement un véritable regain d’énergie quel que soit l’état de fatigue du sujet s’il en prend suffisamment en une seule prise. Elle a plusieurs effets distincts. Le regain d’énergie, le speed le fait aussi (en moins bien mais en bien plus longtemps), mais avec la cocaïne on a aussi la possibilité de se concentrer le temps de la montée et ce même après 5 jours sans dormir. Le speed a tendance à t’éparpiller si tu es fatigué et que tu continues d’en prendre. Dormir est essentiel, attention… Parfois c’est une perte de temps. Qui plus est, lorsqu’elle descend, la cocaïne laisse place à un état qui ne permet pas au corps de s’endormir vite (à fortes doses). Ce problème de trop plein d’énergie et d’impossibilité de dormir à l’heure, on ne l’a pas avec l’alcool, le cannabis à titre d’exemple comparatif.

Tu vois, l’ennui dans tout ce que je viens de te dire, c’est qu’il va falloir que chacun évalue le truc sur lui-même. Il n’existe pas de somme de documents officiels pour ça. Pourquoi ? L’interdiction et l’aveuglement, pour faire des essais scientifique il faut pouvoir se poser sans flipper que les flics frappent à ta porte et cassent tout. Beaucoup d’autres n’ont pas encore osé regarder le problème par le gros bout de la lorgnette, n’ont pas focalisé leur attention sur un ou plusieurs élément précis, et découvert qu’on a tous une vie à côté qu’on cherche à fuir, qu’on est pas les monstres que l’autorité veut faire croire qu’on est. On peut se renseigner auprès d’associations, elles sont là aussi pour ça chez nous. Si j’ai un conseil, concernant les drogues, faudrait se contenter de ce qui est sur Terre à l’état naturel ou quasi : herbe & shit, champignons et y en a des subtils, certaines racines, l’opium & la rachacha, la coca bien sûr, le khat, des cactii et autres hallucinogènes, mais concernant les hallucinogènes, le mieux c’est de ne pas faire ça pour s’amuser, c’est beaucoup trop sérieux pour en rire (et là je pense à tous mes potes qui pensent le contraire). De toutes façons, ce conseil, moi-même je ne le suis pas, mais ça me semble logique. C’est un peu du fais ce que je dis et si tu fais ce que je fais ça me regarde pas, ne cite pas mon site aux urgences… quoi que, juste dit comme ça, le titre, ça peut être un message. Mais ta gueule… Sans oublier les points de suspension, c’est monumental.

Si tu souhaites avoir une idée de grandeur concernant la comparaison de la Terre, du soleil, et des autres systèmes d’étoile à attraction gravitationnelle, tu peux aller sur ce lien regarder les images illustrées [ext] du bout de ce lien, et/ou lire (ce qui n’empêche pas de profiter des images, je suggère ces images pour illustrer en terme de grandeur).