Mini fictions

Persona non gratta

Remballe ta joie petit, toi tu rentres pas. Demi-tour, pour toi ce soir, c’est une compote et au dodo. Je te le répèterais pas. Et c’est ça va dormir, ouais, t’es bon qu’à ça. C’est bon laissez-le, laissez-le. S’il revient vous le foutez à la baille.
— Mais il va se noyer ?
— Je te demande ton avis ?
— Je disais ça comme ça.
— Allez, la soirée va pas se payer toute seule, un peu de nerf et retournez à vos postes, il reste combien de cadavres à brûler ?
— De quoi avoir chaud toute la nuit !
— On met de la musique ?
— Tu veux danser Robert ?
— Et pourquoi pas tiens ?? Pourquoi que j’dans’rais pas, moi ? Vous m’trouvez trop rustre ? Pour vous taper mon whisky, ça, vous me trouvez pas trop rustre ! Ah ! la jeunesse de nos jours, plus aucun respect pour les anciens, ni pour la danse, ça r’mue son popotin sur du dzina-boum, ça… ça sait faire… mais danser un tango avec une femme, hein ? T’as jamais fait ça ? hein ? Kurt ! Tu t’appelles Kurt en hommage à Kurt Cobain je parie…
— Nan mais il est revenu lui ?? Mais veux tu bien foutre le camp bon sang !!
— Oh chef laisse-le c’est qu’un chien affamé, tiens viens-là Rex ! Tu trouves pas qu’il a une tête de Rex ? T’as vu ? Il est pas agressif, alors c’est sûr que si tu lui donnes des coups de pieds, faut pas t’étonner de te faire mordre, c’est juste, même. Oeil pour oeil ! D’ailleurs, je trouve que t’en as trop des yeux, méfies-toi : un matin tu vas te réveiller et il t’en manquera un !