Auto-Psychologie

Le méchant moi

Y a des vagues et des marées dans ma vie comme dans ma tête. Des vagues basses et des marées hautes, et vice versa.

Ma plus grande peur est … inavouable

Je m’invente des frères et sœurs. J’en ai pourtant du sang.

Mes anges et Dieu guident certains de mes pas,

J’ai toujours été solitaire. Non. C’est faux.

Je passe mon temps à reproduire, imiter. Aucune originalité dans mes comportements et créations. Tout ce que je fais a un goût de réchauffé. L’intégralité de mon œuvre est une pâle copie. Je n’étais pas inspiré et j’aurais sans doute aimé partir de moi pour inventer mon premier poème mais je ne voyais rien d’inspirant autour de moi. Alors j’ai refait un poème, et ça a donné mon 1er texte, paraphrasé sur celui qui se trouvait dans le manuel de CE1 ou de 6e. Je pense avoir posé ce jour les bases de mon œuvre : rien de nouveau. Il faut que je replonge. Redéfinir les bases. Mes bases.

Il est un monde d’imagination derrière une porte déjà ouverte, c’est le même monde mais je suis libre dans celui-là. C’est celui que j’explore depuis longtemps mais je ne sais pas si j’ai ne serait-ce que franchi ladite porte. Je suis resté sur le seuil et j’ai monté toutes sortes de magouilles pour l’exploration qui n’aura été semble-t-il qu’observation, de loin.

Ma vie est une aventure, elle est partie dans tous les sens. Chaque période a eu ses rebondissements, ses joies, ses peines, OK. Une aventure avec peu de victoires. Aucun intérêt de s’attarder sur le passé, ma vie a déjà commencé plusieurs fois. C’est comme si j’étais dans un jeu stupide, et que j’avais plusieurs vies. A chaque fois je me réinvente à partir de modèles de vie que j’idéalise.

J’ai fait de l’originalité un des mes piliers. J’essaye tout le temps d’être original. Au détriment de moi. Moi c’est qui déjà ? Je me suis perdu en route et je ne sais plus qui je suis. J’ai pris tellement de masques différents que je ne sais plus où est mon vrai visage. Confusion.

Il n’y a pas d’original, j’aimerais bien que ce soit le cas, pourtant c’est faux, y en a un, et quand il s’est rendu compte du complot il s’est indigné et a commencé ce travail. Ça aussi j’aimerais bien que ce soit le cas. L’original c’est qui ?

J’ai passé apparemment ma vie à jouer entre différents déguisements. A jouer à ce jeu on se perd. Les masques se solidarisent progressivement du visage. Le résultat est laid. Là je visionne une autre situation dans laquelle les déguisements pourraient être échangés en toute conscience. Cela aurait demandé plus d’intelligence que j’en aie. Et ça aurait fait de moi un genre de pervers. Mais ne le suis-je pas ?

Bonne question. J’espère que non. Je ne crois pas. Cruel ? Non. Pas ce genre d’immoralité, mais immoral oui. Mais si être immoral fait de soi un pervers alors nous sommes tellement nombreux… Les morales sont plus ou moins importantes voire nulles selon les mœurs et les mœurs correspondent à des lieux et époques précis.

C’est mon comportement qui déconne. Je dois cesser ça. Le méchant est un déguisement qui ne me va pas, dangereux, j’ai déjà suicidé certains de mes personnages, là je ne vois pas lesquels, étant donné que je n’avais pas conscience de ça je n’ai pas assez de recul pour tout voir. Je n’ai pas de liste.