Expériences, Quotidien alternatif

Histoires de Laitues

Je teste la laitue vireuse, version récupération de la résine (opium). C’est censé avoir un effet sédatif. On peut aussi fumer les feuilles préalablement séchées. D’une amie : ça fait « un effet sédatif plus fort que le CBD » ; Perso là je fais un genre de rachacha (ext Wiki) pour récupérer la substance laiteuse. Officiellement ça se fait surtout avec du coquelicot (famille du pavot somnifère – papaver somniferum) et du pavot classique, alternative au cisaillage des bulbes (puis laisser sécher au soleil, repasser le soir, l’opium est là).

Cuisine crade. 1ère opération, feuilles dans l’eau bouillante.
Après le filtrage, et avoir évaporé toute l’eau. J’ai laissé un peu cramer (pas calciner) donc c’est très écailleux. Je ferai d’autres expériences.
Suspension vireuse en vue de fumer cette belle dame
Expériences, Quotidien monotone

Yerba !

C’est bon le yerba… Il y a des variantes aromatisées. J’ai découvert ça en version nature, avec suffisamment de sucre ça passe très bien. On ne peut pas consommer ça comme du thé, car si on veut potentialiser les effets on doit mettre bien plus qu’une dosette de thé. Il faut remplir un récipient des 3/4 d’herbe, et ajouter de l’eau à peu près à 70° et laisser infuser. Ce truc se boit normalement dans une calebasse avec une bombilla.

La calebasse en haut, et la bombilla qui est une cuillère qui fait office de paille. On peut remuer le mélange (pas remuer yerba) aspirer au fond de la calebasse.

En ouvrant le colis de ma nouvelle calebasse en céramique (on dirait un pot de miel) j’ai eu la surprise de recevoir en plus une dose d’une variante aromatisée de yerba ; un peu sucrée, à la menthe. Ce parfum parait, à la réflexion, peu naturel ; il me rappelle le goût des chewing-gums hollywood verts de mon enfance, c’était parfum chlorophylle si je me souviens bien.

En parallèle de ça, je suis en train de tester des mélanges de kratom en poudre et de miel. En pot directement. L’idée étant qu’une cuillère ou deux puissent agir tout de même, et de s’en servir dans du thé par exemple, ou du mate… J’ai opté un peu vite pour le kratom en poudre plutôt qu’en thé, car la poudre promet plus d’effet pour moins de produit. Sauf qu’il faut absorber totalement la poudre, l’herbe se laissant infuser, et que c’est dégueulasse au goût (d’où le miel).

Il est plus difficile de se procurer du kratom que du yerba mate. Pourtant mon cerveau a tendance à classer le kratom dans les usages thérapeutiques, médicaux, et le yerba plus pour le récréatif. Les effets sont différents outre l’apport d’énergie qui est un point commun. Or si on va voir les infos dispos sur le yerba sur les uns et les autres sites, ils parlent parfois de purge, de nettoyage… Et de propriétés thérapeutiques, sans parler du côté diurétique (forcément, boire > pisser). Je pense aussi que le yerba est économique puisqu’on peut remettre de l’eau chaude et continuer, l’allonger à volonté disons, jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de goût.

J’ai eu une excellente expérience client avec le site art-ethnobotanique, je ne saurais trop le conseiller pour tout ce qui est herbes. Pas de kratom sur ce site, la loi interdit l’import de la plante depuis… décembre 2019. Chienlit ! Prohibition quand tu nous tiens !

Attention, ces trucs ne sont pas des produits miracles, mais m’ont redonné un peu le sourire (c’est une image, je fais la gueule tout le temps grrrr – haha). J’ai beaucoup de mal (sans dormir pour autant) à me sortir de mon lit, sauf pour aller pisser et me passer de l’eau glacée sur la bite (bah ouais ça ne s’est pas arrêté) pour calmer ses ardeurs manifestement indépendantes de mes pensées érotiques inexistantes (y a le porno ça remplace), et me coller un petit yerba entre deux siestes me permet de choper le courant ascendant et d’enfin me lever. Me lever et faire les trucs que j’ai à faire !

A voir plus tard, Expériences, Marijuana

CBD

Bon, je pense que je peux faire un premier petit bilan concernant la beuh au CBD. Selon moi elle met des claques sévères (fumée). Ça dépend laquelle évidemment, mais j’ai eu l’occasion de tester ces derniers temps plusieurs variétés : Girl scoot cookie CBD 13%, Harlequin CBD 20% (la seule à ma connaissance qui était déjà free THC avant récemment), Blue dream 13%, Bubble gum lemon 13%, et Orange bud 13%.

Parmi toutes ces beuh, légales grâce à un vide juridique que nos dirigeants dans leur immense sagesse sont en train de régler à leur façon, j’ai pas de bémol à mettre, et comme j’aime le high du THC je mélange avec un haschisch, le plus pur possible et ce pour ne pas altérer le goût de l’herbe avec celui d’une éventuelle coupe du haschisch. L’herbe est difficilement coupable avant la vente, la coupe se verrait bien qu’on ait trouvé des herbes coupées avec du verre pilé mais ça reste une légende urbaine. Dans le shit étant donné que c’est un genre de pâte ou de poudre collante, il est possible d’y ajouter des produits de coupe qui ne se voient pas à l’oeil (donc lors de la transaction qui est souvent rapide) si c’est de la même couleur et si le mélange est homogène.

En France, je l’ai parfois évoqué ici, il n’y a que le THC d’illégal, alors que l’herbe contient plein de cannabinoïdes aux effets différents. C’était surtout pour ne pas pénaliser la production de beuh textile qui a toujours existé en France sous conditions strictes cependant, que l’herbe est possiblement cultivable pour le ce domaine (textile) si l’agriculteur utilise des graines provenant d’un catalogue spécial dont les semences produisent de l’herbe qui ne défonce pas. Alors cette herbe qui pousse notamment aux alentours de Le Mans, je l’ai goûtée un peu par hasard, et elle est vraiment dégueulasse. De plus, les engrais et les pesticides projetés dessus donnent simplement mal au crâne et au ventre. Ils s’étaient vraiment démerdés pour que les stoners et autres rastas des bois, ces rongeurs à crête ou à locks bien connus des cannabiculteurs, ne viennent pas bouffer toute la beuh pendant la nuit, ils ont vraiment créé une herbe de merde.

Alors c’était déjà mal connaître l’herbe, et les tenanciers de l’interdiction de la fumette auraient mieux fait de suivre le dicton (je peux en choisir un y en a plein qui disent la même chose) :

On gagne plus à connaître les bonnes qualités de son ennemi, qu’à être instruit de ses fautes.

Proverbe chinois

Voilà, plutôt que de diaboliser la beuh, jouer les autruches etc, dire que c’est de la merde, ils auraient mieux fait de comprendre un peu la plante, avec amour, ce que presque tous les cannabiculteurs font, ont fait, et leur loi ne serait pas devenue obsolète avec l’évolution de la sélection des souches et des croisements, pour le coup. Car c’est bien de ça qu’on parle, de sélection manuelle, de croisement, d’expériences botaniques, qui ont obtenu de nouvelles souches qui comme l’herbe textile, passent à travers le filet de la loi.

Y a pas eu beaucoup d’avancées légalement parlant au fil du temps. Ca n’a été que tentatives des poules politiques les moins mouillées, et rejet sur rejet de la majorité de l’assemblée à chaque fois. Et à chaque fois le débat était biaisé, c’est une affaire de gros sous, c’est le seul produit qui fait descendre les gens dans la rue, avec des manifestations telles que l’appel du 18 joint, chaque année le 18/06 porte de la Vilette à Paris, pour que cessent les poursuites contre les usagers. C’est une affaire de gros sous, oui. On a fini par comprendre comment tout ça fonctionnait. L’ONU alimente les programmes de lutte contre les stupéfiants en injectant de la thune si les pays sont dociles et continuent le combat interminable lancé par Nixon dans les années 70. Et concernant le cannabis, sa légalisation serait un coup de semonce dans le domaine pharmaceutique, on peut l’utiliser tel quel et nombreux sont les avantages en médecine, alors plus de cannabis autoproduit (car les plus malins savent que ça pousse tout seul) c’est moins de médicaments vendus, moi ça me semble logique.

Un petit tableau vaut mieux qu’un long discours, et si tu comprends pas tout, t’inquiète donc pas ! Je vais te traduire ça : de haut en bas…

— soulage la douleur
— coupe l’appétit
— tue ou ralentit la croissance des bactéries
— réduit le niveau de sucre dans le sang
— réduit les convulsions lors des crises d’épilepsie
— traite (là on ne parle plus de soulagement, d’amélioration, etc, on parle de traitement) les infections fongiques
— réduit l’inflammation
— aide à dormir
— réduit les risques de blocage des artères
— empêche la croissance des cellules cancéreuses
— traite le psoriasis
— tranquillisant (utilisé pour gérer des psychoses)
— supprime les spasmes musculaires
— soulage l’anxiété
— stimule l’appétit
— favorise la croissance des os
— réduit les fonctions du système immunitaire (immunosuppresseur, pratique dans des cas de greffe, dans le traitement des maladies auto-immunes, par ex.)

On continue ? Courage, plus que deux…

— réduit les contractions du petit intestin
— protège de la dégénérescence du système nerveux

Eh bah y a pas tout… Y en a encore plein. Je ne connais pas une seule plante capable de ce prodige : traiter autant de maux à la fois. Alors évidemment selon les souches, ça va jouer plus sur ceci ou sur cela. Ça dépend du dosage en THC, CBD, CBN, CBC et consorts, dans la plante. Et pendant que nous, les Français, on donnait des millions, des milliards de tunes aux flics et aux tribunaux (t’as fini oui ?) pour lutter contre ça, pendant qu’on criminalisait la population sous couvert de protéger la jeunesse ou je ne sais quelle connerie (là, là, du calme… couché !), y a des pays qui étudiaient la chose et qui laissèrent libre court à l’inspiration de scientifiques pour faire des essais cliniques

C — toi, t’as encore bouffé des vitamines…
E — Ouais, et t’sais quoi ? « 5 xanax » qu’il m’avait dit… 5 max par jour : et « 6 citalopram, et puis la prégabaline entrant en conflit avec la dépakote on vous a ajouté un petit antispasmodique pour éviter les tremblements » ; quand j’ai dit oui-de… Il m’a répondu : « La weed ? Mais vous n’y pensez pas la Marijuana c’est ILLEGAL WARNING WARNING UUUIIIIUUUU… » Là dessus il a appelé la sécurité et juste avant qu’on m’emmène en isolement total pour calmer mes ardeurs cannabistiques, il a ajouté en chuchotant à mon oreille : « Rev’nez m’voir dans deux heure incognito à la salle de ping-pong. »

Heureusement que tout le monde n’est pas comme les Français, flippé de la tête ! On en serait encore … Ah merde, c’est vrai qu’on n’est pas loin de ça, la France est à la fois le pays le plus répressif d’Europe avec ce fléau, et le pays qui en consomme le plus en moyenne par habitant. Et ça fait un bail je te jure, qu’on bat tout le monde à ce jeu là. Quel jeu ? Mais celui du plus con bien entendu ! Je suis un expert en la matière ! Cachez-moi ce joint que je ne saurais voir (moi ça me dérange pas, vas-y donne).

Bon. Le truc c’est que personnellement, violer la loi je m’en bats les couilles. Ça c’est dit, mais j’aime bien savoir, connaître, et le canna au CBD promettant tant de choses améliorant la santé, je ne connaissais pas, piètre fumeur que je suis je ne m’intéressais qu’à me défoncer, moi je connaissais que le THC, Thug Life inside. Juridiquement on ne peut pas m’emmerder parce que j’en consomme. Plus pour longtemps, certes. Quand y a un truc de bien, t’as toujours des connards pour venir et pour dire « Hop hop hop, là ! Mais qu’est-c’que c’est qu’ça ? Mais dites donc ça fait longtemps qu’vous faites ça ? Non mais vous n’avez pas le droit ! Ah moi j’vous l’dit, vous ne l’avez plus maintenant. Mais attendez… on va s’arranger… » et ça finit souvent par un droit à payer, du coup la corne d’abondance se tarit, ça devient trop cher et tout le monde passe à autre chose.

Du coup comme dit tout en haut, au début de l’article, avant que je ne commence à m’emballer (au début du pétard en fait, là il est fini bah je vais en refaire un, tu vois… Ha ! ha ! Oh eh ça va, on s’amuse comme on peut) j’ai testé le cannabis avec 0% de THC et bourré de CBD. Bah ça pète sa mère. La beuh est bonne et j’ai des effets. Elle est pas pareil, c’est sûr. J’ai plus d’effets d’un autre type… (du 3e type wahahaha – ta gueule)

C’était juste pour dire ça. Si faut pas le répéter trop fort, désolé mon pote, tu vois ici je dis tout ce que je veux dire. Y a pas de tabou. Ou si peu… Conclusion, c’est la teuf ! Haro sur la beuh des malades, moi je ne suis qu’un tox, je n’ai pas de maladie diagnostiquée (ce qui est vrai au demeurant), je ne suis qu’un parasite HAHAHA !

Comment ça, ça en fait moins pour les petits enfants malades ? Mais moi de toutes façons, j’aime pas les enfants, ou alors en sauce… Et puis malade ça a un goût.

Auto-Psychologie, Expériences

Paranoïaque

Si seulement c’était facile comme le dire : « prendre un nouveau départ »… J’ai si peu d’envie, si peu de courage, en fait il me manque tout. Pas motivé. Le maniaco-dépressif en phase descendante. J’aime les bruit que j’entends. J’ai l’impression d’être quelque part en sous-marin et qu’il suffise d’un outil comme ces micros à distance pour entendre une partie de ce qui se passe dans cette direction. Tout à l’heure j’ai comparé ça à entendre une radio en fond. C’est un peu ça.

Cette maison est vieille, on a parfois des surprises dans les vieilles maisons. Et ça ne m’étonnerait pas même si c’est tiré par les chevaux, qu’on entende exprès des pièces dans une pièce qui avant d’être un appartement aurait été la salle de service depuis un endroit précis. Ça aurait servi aux domestiques pour quand Madâme exige des choses de son lit.

Qu’est-ce que la paranoïa ?

S’imaginer des choses, ça on le sait tous, mais est-ce que c’est cette peur qui, vulgarisée, se résume à « on dit du mal de moi » ? Ou bien ça, plus plein d’autres comportements ? Je me demande. Quels cas de figure dans la paranoïa. J’ai peur de devenir taré. Pire, d’être en train de le devenir. Par contre j’ai vraiment la sensation de garder au moins un pied sur terre. Mais j’ai personne pour veiller sur moi dans les moments où y en a besoin. Moments comme maintenant. Je ne réclame rien, je transforme toutes les situations.

OK, alors quand j’étais gosse j’avais souvent peur. Peur qu’il se passe quelque chose de grave, que d’un coup des gens déboulent et brisent le fragile équilibre de ma famille. Ma mère essayait au départ de construire un foyer dans la douceur, mais elle s’est très vite rendu compte qu’elle n’était pas faite pour ça, pas patiente. C’était plutôt du genre on se fout sur la gueule d’abord et après on discute. Elle se plaisait à nous le raconter, tout sourire. Ça m’a toujours impressionné.

Des bribes, je n’ai que des bribes de cette enfance, et quasiment aucune de celle de mes parents, pourtant ça m’aurait plu. Qu’importe. Je continue :

J’avais peur donc, lorsque j’étais seul. Souvent. Y a même eu des périodes où le claquement d’une portière de voiture, dehors alors que j’étais tranquille dans ma piaule, me rendait nerveux. Parfois j’essaye de croire que je ne suis pas parano, mais ça fonctionne jusqu’à ce que je lâche prise. En fait la parano c’est plus enfoncé que ça, que la simple croyance qu’untel dit ceci ou cela, c’est parfois carrément tous les éléments, le destin, l’univers et Macron, tout est contre toi.

Bon mais c’est bien beau tout ça, moi j’ai pas encore répondu à ma question première et d’ailleurs je ne l’ai même pas encore formulée. C’est parce que c’est difficile à dire. J’ai pas envie de partir dans une longue phrase alambiquée pour dire un truc simple : peut-on être parano de manière positive ? Si tu crois que quelqu’un te fait des éloges par exemple… es-tu paranoïaque ?

Quand j’étais gosse, une fois je regardais une émission de merde pour enfants attardés et les comédiens ont commencé à faire des suppositions stupides, des trucs impossibles. Ensuite ils partaient du principe que c’était vrai et continuaient, et ainsi de suite en se faisant un vrai film, pour le coup. J’avais trouvé ça vachement con, de faire ça, et j’étais loin de me douter que je le faisais déjà, mais tellement subtilement qu’il m’a fallu plus de 30 ans pour enfin m’en rendre compte.

La personne paranoïaque se fait des films, tire des plans sur la comète, et à un niveau élevé de parano, elle est souvent persuadée que les flics l’ont mise sur écoute. Pour n’importe qui ce ne serait qu’une simple possibilité, une supposition mais elle lui paraît tellement évidente qu’elle ne peut qu’être vraie. Bref… Le paranoïaque se ment, et ment aux autres aussi, inconsciemment. Le parano est un usurpateur. Il m’a fallu plus de 30 ans avant de m’intéresser de plus près à ça, pour découvrir un truc bateau sur moi, un truc qui m’aurait bien aidé dans la vie si je l’avais su avant. Pour s’attaquer à un trait nocif de sa personnalité, il faut d’abord repérer la chose. La sentir. La connaître. T’as pas développement personnel plus personnel, c’est la base, mais je dois avouer quelque chose : pour les gens comme moi, ça ne fonctionne pas. Ou alors c’est bien plus lent et plein de pièges ostentatoires.

Oui, enfin non, travailler sur moi réduit juste le nombre de problèmes personnels à l’essentiel, ça réduit les risques et ça limite les dégâts. Ça permet d’éviter qu’un problème se reproduise, enfin ça dépend des fois.

Bon je dois dire un truc, mais ça va sembler dingue… Je me souviens qu’un été, le jour d’une fête nationale où pétards éclataient et bouteilles cassaient, j’avais pris de la coaïne, et je me suis fait une session carabinée pour la terminer (la coke, finir mon assiette) et alors en montée j’entendais de la musique alors que je n’en écoutais pas, comme en fond sonore très lointain. J’ai mis ça sur le compte de la parano. Mais cette année, ça recommence, mais ce coup j’arrive à identifier parfois d’où ça vient. La cocaïne à hautes doses modifie les sons, ils peuvent devenir voix. Un bruit de pas devient voix. Le vent dans les arbres. Tout.

Je refuse de croire à des conneries que mon cerveau invente, ce qui fait que ce désagrément je l’ai rangé dans la case parano, mais j’ai réfléchi et à un moment, je me suis dit que c’était peut-être des ondes radios. Je sais c’est super con, mais bon… Soit. Alors comment je pourrais les capter ? Là je tournais la tête et selon l’angle visé j’entendais différents trucs. Les ondes c’est carrément abusé comme supposition. Mais je reste assez sûr que le cerveau recèle de petites merveilles ignorées, et que pour les activer temporairement, il y a peut-être des boutons. Et ces boutons pourraient être des drogues.

Je suis quelqu’un de bien intentionné (t’as que ma parole pour vérifier) alors j’irais pas utiliser un pouvoir quelconque pour faire le mal autour de moi. Mais il est possible que nous ayons tous et toutes tout ce qu’il faut pour développer des capacités telles qu’une acuité auditive tellement puissante qu’elle traverserait les murs. C’est assez marrant et perturbant, selon le degré vers lequel je tourne ma tête, il y a des voix, le plus souvent elles sont calmes, ce sont surtout des voix de femmes, elles ont l’air apaisées. Comme je mets souvent de la musique pour couvrir (ce qui fonctionne moyennement), je ne comprends pas les discours, précisément, mais je pourrais… Mais je n’en ai aucune envie. Je ne sais pas ce que sont ces voix, ça ressemble à des couples, en train de discuter calmement dans des canapés ou au lit. Paranoïa ? Elles ne me veulent rien de mal. Je pense même que si ce sont des vraies voix, elles n’ont pas conscience que je les entends.

Je reviens sur ma question de paranoïa positive ou neutre. Que si c’est neutre ou positif on entrait dans un autre cadre de trouble psychologique moins gênant. Et là je pense avoir probablement tort : l’intention dans la construction mentale paranoïaque n’entre peut-être pas en compte… Si l’intention entre en jeu, alors la plupart des gens qui prennent des hallucinogènes pratiquent la parano, mais positivement (mais paranoïaque quand même, on se sent moins seul…). On appelle ça triper, mais un autre mot serait paranoïer. Cependant il est dit que la personne paranoïaque a un sentiment fort de persécution. Et dans ce type de cas y en a pas.

Alors prenons la chose à l’envers. Il pourra avoir des délires lui faisant croire que tout le monde l’aime à outrance, si le cerveau humain est capable d’aller faire croire à la conscience qu’elle est persécutée, elle peut j’imagine, faire en sorte, par ex. pour un chanteur, de lui faire croire qu’il est adulé de partout (alors que ce n’est pas le cas). Je suppose que ce serait plus rare mais possible. Y a-t-il eu des artistes vraiment détestés ? Je ne parle pas ici d’indifférence. On peut penser à Bertrand Cantat, de Noir Désir, le chanteur ténébreux qui a tué Marie Trintignant et qui a fait face ensuite à un déferlement de haine de la part de fans de Marie tout d’abord, et puis de diverses personnes dont des militants féministes à cause de la violence du geste, etc. Il a eu aussi beaucoup de soutiens, il était détesté à cette époque, mais pas de tous. 15 millions de haineux contre trois fans à toute épreuve dont la maman du type, ça passe. Tous, c’est tout le monde le connaissant d’avant et ayant eu vent de l’affaire.

Cette question n’a pas vraiment de réponse. On trouvera toujours quelqu’un pour venir mettre son grain de sel gris dans la salière pleine de grains blancs, et tant mieux, nous vivons donc dans un monde ouvert et diversifié ! On trouve même des platistes (la terre est plate on nous ment). Des récentistes (1000 ans du moyen-âge n’existent tout simplement pas, ça a été monté de toutes pièces et ajouté pour la postérité française, et aussi pour faire passer les rois pour des salauds, on nous ment). Quoi d’autre ? Bon les complotistes, qui n’ont pas toujours tort de penser qu’« on nous ment ! » et qu’« ils nous volent notre travail » ! (South Park). Enfin dès que y a un truc farfelu à revendiquer tu trouves toujours des zozos pour le revendiquer. Et d’autres lulus pour les suivre (Sylvain Durif inside).

Bon mais moi j’avance mine de rien. Je suis paranoïaque et ces derniers temps c’est allé au-delà de ce que je peux supporter, avec moi-même, pour moi, pour mon bonheur disons.

Dessins, Expériences

Dessin #1 – Fred

Un jour je saurai dessiner ! Personnage fictif. Ca c’est le patient 0. Je m’entraîne, ça donne des résultats, mmm… étranges, mais bon, intéressants quand même, j’explore les méthodes des uns et des autres sur youtube, va savoir à la fin j’aurais la mienne. Comme j’avais plus de gomme, j’ai utilisé de la mie de pain pour gommer. Toute la nuit, et le temps que la librairie ouvre moi j’étais en mode sieste… Bah il est pas si fictif ce personnage, mais je jure que pendant que je l’ai truqué sur la feuille je n’ai pas une seule seconde pensé à mon ancien et vieux pote Fred… Donc le dessin me rappelant ce mec de y a 25 ans, je l’ai appelé comme ça.

Expériences

L’écolier assassin

La méchanceté appelle l’amour à disparaître

Des rayons des supermarchés. L’amour s’y vautre depuis tellement longtemps que les clients ont intégré que c’est lui qui tire les manettes ici. C’est à cause de l’amour que Jennifer fait ses 5h supp. gratuites par jour. Et c’est pour remplacer lamour que Betty et Fatoumata te sourient sommairement et te souhaitent une bonne journée si tu choisis leurs caisses. Mais c’était compter sans la méchanceté qui a toujours doublé l’amour en cas de panne par exemple, la méchanceté est l’autre facette de l’amour. Mais l’amour fait chier un peu, son prénom c’est Rick, ses parents fanatiques de Dick Rivers. Rick Lamour. Et Rick Lamour il fait chier, il casse les couilles à tout le monde ce con. Faut s’en débarrasser. Vite sinon on va tous crever ici A L’AIIIDE ! Rick Lamour la larve dégoulinante est devenu Rick Lahenne et là il devient Dick Berserk ! Il ressemble de plus en plus à Eddick Mitchell et il est sur le point de chanter une…. et merde, trop tard.

Faut qu’j’lave mes chausseeeeeeetteeeeeeeuuuuus…
Les noires, les à carreaux, et les blanches aussi,
Chacune sa puanteur au carré ! Rock’n roll in possee !
Rock rock rock rock rock ! Rock’n Roll autopsie,

J’s’rai au top si j’m’associe à ces sorciers du Rock-oco
Si Freddy Mercury f’sait du baroque, y aurait un quiproquo,
Rends moi ma coco, loco, t’as du Rock Haine Roll dans l’froc
Et aussi sur le pare-choc, Wellcome to « l’époque suffoque »

Un massacre parfois ça détend

Enfin ça dépend, ça peut détendre celui qui massacre, moins les autres acteurs. Cela dit un massacre ne vise pas à distraire une bande de fils de putes, mais juste à les faire crever. Tous ces cons.

Nan mais r’gard’ moi ça, et en plus ça s’croit du bon côté de la barrière. Sale con. Me r’gard’ pas con, j’t’en donne pas l’droit, regarde ta route tordue au lieu d’vouloir redresser celles des autres. Surtout va crever, et mange bien la terre que t’as toujours exploitée sans jamais lui montrer une once de respect réel. Ça r’monte à quand la dernière fois qu’tu lui as parlé à la Terre ? Et la dernière fois qu’elle t’a répondu, con ? La dernière communion qu’t’as eu avec elle ? Jamais ? Ça n’m’étonne guère, vu la gueule du béton sur lequel t’es fier de marcher, celui qu’t’as installé. Salaud !

C’est stylé ? Moi j’trouve ça juste austère. Les ombres de la mort travaillent en silence dans les stalles de vos écuries, vous les rats morts-vivants vous pavanez dans les rues, jaugeant d’autres rats morts-vivants ou morts, mais jamais vivant tout court. Je ne suis qu’un rat, mort. Fait comme un rat, rustre, rat qu’en a un peu marre… Mais marre-toi donc sale rupin, car mûre… est ta mère, et elle lave le sol et les miroirs dans mon mouroir. L’âme du roi est noire comme la nuit noire des soirs sans lune, quand elle s’enlise dans les marécages le paysage d’une cage suspendue… Devant, deux femmes pendues, le vent les balance lentement, elle s’appelèrent Apolline, Colombine, elles s’appelaient, mais là elle n’s’appellent plus, y a plus d’réseau anima, plus d’batterie à nommer, plus d’âme au nez et à la barbe du maître, maintenant elles se contentent de tanguer.

Fini Tennessee, maintenant on a tous quelque chose en nous de Columbine

Comme la gloire va aux sots, les glaires de vos mollards vont aux borderlines, l’hémoglobine va hausser comme le prix de la cocaïne, la carabine va aussi (en joue) légaliser les gars les uns derrière les autres, quand la bibine et les antidépresseurs vont manquer… là ça deviendra intéressant mon con… Et mon cul ? On se voit après J (abc) et on en reparle devant un moka…

La haine appelle la haine mais surtout les insultes la violence et ta mère

Je ne suis pas (accidentellement ou de manière revendiquée) un hippie, c’est malheureux, j’aurais voulu être un hippie. Je ne suis pas ce type de personne parce que je ne peux pas, avec mon tempérament, être peace, tu vois, et ça me rend malade parce que je ne m’aime que quand je suis posé, tranquille. Quant à love, alors là… L’amour inconditionnel, je l’ai mis sur un piédestal, mais c’est quelque chose que je ne peux pas vivre dans son entièreté. Aimer une personne après qu’elle m’ait fait du mal, je ne peux pas, enfin c’est compliqué.

Œil pour œil, c’est aussi dans la bible non ? L’ancien testament. Mais dans le nouveau testament, tendre la seconde joue est une image utilisée par Jésus, mais sans aucun doute mal comprise par l’Occidental adepte de la religion chrétienne, car trop prise au 1er degré. Y avait un mec, je sais plus qui c’est, un genre de gothique (il me tuerais sûrement pour ça) un peu foufou, qui avait fait une vidéo sur le sujet de Jésus et de la fameuse deuxième joue, et dedans il allait assez loin mais présentait un Jésus que je n’avais jamais imaginé ainsi : Jésus guerrier… pas du tout tel qu’on le croit. Qu’il a pris les armes, qu’il a aussi dit à ses potes et ses adeptes de le faire au(x) moment(s) opportun(s). Jésus a défoncé le temple marchand, comme une furie, faut pas oublier ça non plus, on l’imagine si facilement en tant qu’entité inoffensive.

Bref, faut pas se laisser faire. Quant au pardon, y a différentes manières de l’accorder :

a) pour soi
b) pour le pardonné.

Pour soi c’est pour qu’on soit en paix avec soi-même, et pour le pardonné, ça sous-entend qu’il l’entend ce pardon, et qu’il en a besoin sans forcément le savoir vu que les choses, plus elles s’éloignent dans le passé, plus elles sont enfouies profond dans ce passé, et plus on les oublie.

Je ne suis pas un hippie, ni un (c’est quoi en fait ?) wesh… Même si c’est péjoratif je ne trouve pas d’autre qualificatif, on les a appelé les racailles, on les a appelé par plein de noms pas cool. Eux je crois qu’ils s’en branlent, et ils ont bien raison, ça leur laisse un grand angle pour devenir ce qu’ils veulent devenir de ne pas se qualifier comme appartenant à un groupe culturel. Je ne viens pas de leur milieu même si j’ai grandi près d’eux et que certains sont devenus des amis. Je provenais de la classe moyenne (le plus bas de la classe moyenne, tu comprendrais ce que je veux dire si tu avais vu l’état de la maison, et que tu l’avais comparé à celles du quartier) et je ne m’en suis aperçu que sur le tard, je me pensais des basses classes. J’ai rejeté leur culture à l’adolescence avant d’y revenir plus tard, et je suis allé vers un truc qui ne se faisait presque plus, surtout en banlieue parisienne : punk. C’était dans les années 90 et sur une grande ville de 50’000 habitants, de mémoire on était deux punks, un par collège. Je me demande combien de villes en France ne contient que deux collèges ?

Toute action entraîne une autre action ou sinon rien du tout

Le renoncement. C’est la retraite du fragile. Le fragile, utilisé comme un nom et plus comme le qualificatif d’un nom, ça devient de la simple méchanceté et qu’il est bon d’être méchant parfois certes, mais une série de mon époque, Malcolm, nous rappelle dans un chant enfantin répété en boucle que : « c’est pas gentil d’être méchant« . Il faudra s’en souvenir quand on coupera la jambe de ce fils de pute, la couper en faisant durer 30 minutes c’est méchant, alors que 5 minutes ça va. Les Nazis ont avant nous établis des règles de déontologie concernant la torture et le temps maximum d’agonie qu’un humain peut tenir avant de crever (Dr. Pétiot inside). Renseignons-nous auprès des rapports très bien remplis de ces personnes scrupuleuses quand il s’agit de la procédure, avant d’agir. Un copain me disait déjà à l’école, en tentant de me le faire entrer à coup de poings (ou équivalent) : réfléchir avant d’agir… tu t’en souviendras. Je m’en souviens que quand il s’agit de réfléchir à m’occuper de gens comme toi mec. C’est 6 à 12 heures avec la carotide percée ? Probable s’il fait plus de 55 kilos. Sans quoi il ne tiendra pas 4 heures, et s’il est petit alors là, c’est pire. En plus après la viande tourne plus vite.

Le renoncement. Renoncer à ses idées, celles auxquelles on croit, ce qui nous guide, apprendre de nouvelles choses, se mettre dans sa zone d’inconfort, faire couler du sang si on n’aime pas la violence, parfois, ça peut être intéressant. On peut se retrouver une hache à la main, sur une moto, à aller à 25 km de chez soi éclater la gueule d’un mec, et tout ce qui bouge autour de lui, se shooter ensuite sa coke, chez lui, sur un petit Bob Dylan, en voyant le sang couler et s’infiltrer entre les lattes du plancher. Fantasme, certes, mais tous les dingues et les paumés tels que Charles Manson ont bien commencé par fantasmer… Hitler a commencé par fantasmer. Macron a commencé par (comment ça ça marche pas avec lui ? bien sur que si !) macronner.

Il est inutile d’attendre sans savoir ce qui ne va pas se passer

Légende

(abc) Appelez moi J ! J aka Le Jour J !

Expériences

No soupape

Sans filet…

1g dans ta gueule, comme ça à jeun. C’est pas si innocent, à cause de l’accoutumance, pis je suis pas vraiment à jeun, je suis bourré, faudra faire un calcul savant ! Ou pas… Si j’en canne ce qui est ni peu probable, ni le but, ce ne sera qu’un accident. Une fausse note fatale dans un tableau déjà dégueulasse..

Arf ! Certains le feront peut-être ce tableau, ou pas, plus probablement ne le feront pas, ou l’ont déjà fait sans jamais avoir pu prévoir l’avenir chaotique de « mecs comme moi » (sic. ou en français dans le texte original, une nuit de merde pas loin de Gourdon, j’t’en foutrais des mecs comme moi).

Il y a tant d’artistes mais si peu sont vraiment talentueux (le talent se travaille), chacun n’aura pas eu un autre artiste attitré, le dépeignant selon ses exigences, et pour le biographe c’est une pure contrainte, une difficulté. Beaucoup d’artistes n’ayant que trop peu cru en eux-mêmes sont morts, meurent, mourront, dans l’oubli le plus total. Si je pouvais avoir un contrôle sur ma vie, après ma mort j’entends, je me collerais en fosse commune sans nom ni prénom, et je brûlerais chacun de mes manuscrits, disques durs, CDs, clés USB, etc. en même temps que mon corps, que d’inutiles objets, mon corps n’est plus qu’un tas de viande même pas bonne à bouffer, je sature de toxines.

Les mecs comme moi ne pourront intéresser que d’autres artistes maudits, d’autres mecs comme moi, et on est rares. Artiste maudit, ça me dérange pas, selon moi ce sont souvent les meilleurs mais qui s’ignorent, et ce n’est pas une vulgaire association péjorative de mots, par contre l’appellation « artiste maudit » peut être difficile à assumer, comprendre qu’il n’y aura jamais mieux que ce que tu es aujourd’hui, quoi que tu fasses, quelque effort que tu fasses, tu resteras tel quel, médiocre si tu te considères ainsi, tout comme ton serviteur peut le faire tout en croyant secrètement en lui. Et comme pour bien te punir, t’auras ta vie entière un panneau « Artiste maudit » affiché sur ton dos & ton front, comme des tatouages… Pour les yeux de chaque personne que tu rencontreras tu ne seras que cet artiste maudit à éviter tant que faire se peut. L’autre, moderne, connecté à la pointe de la modernité de son époque, lui, elle, y aura que ça qu’ils verront. Et ils te mettront au ban. Toi, voyant ça, tu en tireras une leçon : tu ne te donneras plus jamais la peine de leur entrouvrir une porte, tu as tes valeurs et eux n’en connaissent pas la teneur.

Je t’aime. Ou pas. Je m’en tamponne, c’était gratuit, ou pas. Qu’importe, tous mes actes gratuits ou pas, tombent dans l’oubli, merci d’en avoir pris compte. Ou pas. T’as raison c’est de l’amour gratuit et inconditionnel, c’est louche surtout venant d’un tox dépressif. Et ose dire que tu ne réduis jamais personne à des qualificatifs peu avenants, les rabaissant à ce que tu crois qu’ils sont dans ton infinie sagesse, toi t’as internet, un ou plusieurs ordinateur(s), chacun son smartphone même le chat, toi qui comprends tout et qui n’a que des certitudes !

Je ne suis pas un artiste, au plus un parolier qui n’aurait encore touché personne. Ou si peu. Je suis pas artiste, au mieux auto-dramaturge, O.K. ? Toujours curieux et avide d’apprendre, je suis en train de m’entraîner pour faire des nœuds de pendus.

Question/Réponse – Devinette/Blague slave, ou pas (x)

Question : Comment n’as-tu pas été attiré avant par le monde fascinant des nœuds ?

Réponse : Comment ça avant, genre à l’adolescence ?

Question : Encore avant…

Réponse : Olala…
Tiens : Parce que je n’en ai strictement jamais rien eu à branler !

Question : Pourquoi n’écris-tu pas le mot pendu(e)(s) avec constance ?

Réponse : J’t’en foutrais d’la constance moi ! Allez ! Barre-toi sale gône, avant de te la prendre dans la gueule, la barre.

Mais revenons donc à nos vaches Limousines

Le problème que je vois direct, c’est celui auquel j’ai été confronté pendant 1 semaine déjà : la MDMA à grosses doses, ça défonce sa mère les reins, la vessie, les muscles qui contrôlent tout ça, et aussi la bandaison… mais là du coup ça la provoque pas, faut pas rêver, c’est l’inverse. Attention, tout ça c’est à grosses doses et jour après jour. Et là je sais que je ne suis confronté qu’aux balbutiements des soucis version hardcore que peuvent provoquer la consommation massive, par injection IV ou IM, ou autre voie d’administration de ce produit. Champagne ou pas ce n’est qu’une appellation qui a trait à la couleur du produit (champagne = beige). C’est surtout de la merde.

J’ai toujours détesté ça, mais le temps de comprendre que je détestais cette merde je m’en envoyais tous les week-ends. Je te cause de ça, c’était y a bien 25 piges. J’étais profane de tout ça.

Ouais, dans une société prohibitionniste, un polytoxicomane qui aime plusieurs produits quitte à les mélanger dans la plus grande confusion qui soit, ajoute un chouilla de LSD, genre pas beaucoup, un peu d’anesthésiant pour chevaux histoire d’émuler des tours de poney, un peu d’amphétamines et de cocaïne bien sûr… Si en plus de tout ça tu te shootes à l’héro en descente (voire en montée aussi), là curieusement tu deviens irrécupérable pour les inexpérimentés qui se basent sur ce que disent les campagnes de merde de prévention qui racontent des conneries, la politique de la peur y paraît que ça marche. Irrécupérable injecteur. Bon, y a bien encore des centaines de stages entre ton état actuel et la mort, mais ça tes potes ça les intéresse pas trop, tu viens de faire les frais d’une priorité inscrite dans leurs crânes saturés par la propagande, là tes potes ils t’abandonnent là. Tu deviens trop coûteux émotionnellement pour eux.

Si seulement je pouvais le considérer sérieusement, ce problème il est où exactement ? Il est que je me suis fait un taquet de 0,6 y a environ 36h et que depuis j’en ai chié pour recouvrer mes fonctions urinaires à 100%… Est-ce que me foutre tout le reste n’est pas risqué surtout que je commence à avoir la gerbe à partir de 0,6 ?

Dieu seul saura, à priori vu la qualité merdique du produit, je risque peu. Saleté de crevures qui coupez les produits je vous maudis. Si je peux, un jour je tire sans hésiter sur des mecs comme vous.

Allez, bien diluer parce que les muscles aiment pas trop les produits et mettent peu de temps à les assimiler mais énormément de temps à les éliminer. Une 5cc ira bien pour 1 gramme de MD. Allez hop ! En IM dans partie supérieure-extérieure du fessier, on dit de visionner une des fesses et de la couper en 4. Les parties shootables (safe) en IM sont en haut à gauche pour la fesse gauche, et en haut à droite pour la fesse droite. Ailleurs on peut rencontrer des veines et attention car ça peut être un flash aussi fulgurant que furtif, des nerfs, ensuite l’IM met une vingtaine de minutes à commencer à monter. Le temps que le muscle distribue au corps entier le truc injecté, surprenant.

Surtout commencer bas , blind-test. Une pointe, entre 0.01g et 0.05g max selon le produits (en LSD par exemple on est largement au-dessous de ces doses, on parlera en µg). Et selon la puissance de l’effet dans l’heure, on jugera, avec ou sans expérience (faudra te contenter du peu que t’as à cette date et heure précises, voire des gens autour si tu parles fort).

Étant donné que les produits populaires contiennent souvent des trucs de cobayes, ou d’autres produits à l’essai, mais sans le consentement du drogué de base – drogué de base en marge de ceux qui payent leur droit d’exister autrement qu’en se détruisant…

Quand on sait que les petits jeunes aiment ça, et vont s’en mettre dans le cornet jusqu’à plus soif, et qu’ils arrêteront probablement soit dans le meilleur des cas jamais, soit au prix de « cures » aux valeurs russo-nippones inspirée des asiles d’internement du Chili – Pinochet inside. Et ça te choques si j’ajoutes « jap de merde » ?

Oui j’ai des relents racistes, surtout pour eux, les asiatiques, jamais une pièce donnée le long de toutes ces années de manche, et j’en voyais repasser tous les jours sans un regard. Jamais ne serait-ce qu’un sourire, pourtant moi je t’en donne à toi et à tes peuples de bridés ingrats. Crevard, casse-toi ou alors respecte les choses simples : ce qui pousse, t’as qu’à te baisser, et moi t’as juste à me regarder quand je suis assis devant ton magasin, espèce de Bourgeois exotique.

T’es pas content ? Mais ta gueule, tu la fermes, et vite ! Chhhht ! Popopopop tais-toi ou je te jure que je t’assomme avec ton four à micro-ondes. Ou avec le cendrier en marbre, je suis le Colonel Moutarde in le Living-room, très cher. Les dix petits nègres, faut buter tout le monde…

Bientôt le monde entier va vivre en direct la série An American Nightmare et faudra t’y faire. Des centaines de milliers de meurtres et tentatives imitant sans exhaustivité les règles de La purge. Les flics en premier lieu vont s’en donner à cœur joie – Serve & Protect inside.

De qui faut-il donc débarrasser la société ? sera LA question la plus en vogue… en tous cas un sujet tendance sur les réseaux sociaux, certainement entre quelques autres, permets moi de les imaginer pour toi :

#CToiLChat
#Caviar
#LegalizeCocaine
#1PainDeC4etTuFaisPlusLeMalinFDP
#PeaceOnEarthEtVeryBeaucoupDeLoveMotherFuckers
#LaTerreEstPlateSiSylvainDurifLeDitCQueCVrai
#RejoignezLaSecteDesConsQuiSaventPasQuoiFaireDeLeurPognon
#DitesOuiALaDrogue

C’est drôle, quand je pompe dans ma cuiller et vois le liquide réduire jusqu’à s’assécher totalement, moi je vois des peuples qui se mélangent et absorbent les traditions ancestrales (quitte à carrément les interdire) jusqu’à en créer de nouvelles, vidées de tout sens spirituel, et ainsi, de fait, rendre obsolètes 90% des anciennes. C’est de la richesse la culture, la tradition, faut protéger ça.

Si j’ai raison aujourd’hui il se peut très bien que demain ma parole devienne dénuée de sens. La tienne aussi. Tes convictions aussi, si si… J’ai prévenu personne mais selon mes calculs, ça passera pile-poil. Je calcule bien depuis le temps, mon seuil de tolérance, je le connais. N’empêche que je flippe un peu j’avoue, et je peux pas me retenir. Soit ça sera décevant (xx) : pas d’effet ou si peu ; soit la dose fera office d’autorité et je vais planer, et peut-être avoir la gerbe.

Allez ! Come on, shy (fe)male, free yourself, libère toutes mes parties, même les plus inavouées… Le chien est loin là, adolescent, laissons-le à ses propres fantasmes, évidement il est d’une simplicité enfantine d’aller visiter et voir ses rêves, mais c’est une liberté que personnellement, même si j’avais l’autorisation du rêveur, je ne prendrais pas. Quand bien même aura-ce été proposé par Ze-Dreamer-Himself ! J’insiste pour enfoncer le clou mais comme je vois plus rien à cette heure, je me suis tapé sur les toits à le crier sur un mur d’étoiles de mygales mongoles, des gros modèles.

Qui ça Himself, tu dis ? Mais… Lui ! Foyons. Il est tout et rien, il est sans vissacheu, il est le Lien. Celui de Gare de Lyon, Montparnasse, Austerlitz, Gare de l’Est, Gare du Nord, et des gares de France et de Navarre, sans oublier que la France se réduit aujourd’hui à la Bretagne, au Pas de Calais, Lyon et alentours, au pays Basque français, à la Corse avec possibilité de s’émanciper pour n’importe quel Peuple ou n’importe quelle Nation. Avec le mondialisme, on est plus tellement regardants, de toutes façons Ils (nous volent notre travail ! ta gueule) prendront tout le pognon de tout le monde. Et c’est tout. Le reste, c’est que des étrangers.

Jamais j’ai été plus d’accord, tocard… Et pis des bombes dans leurs bureaux, ça leur apprendra à se considérer comme ayant l’autorité sur tout… Avec une météorite sur la gueule, tu te la pètes un peu moins – vu à la TV.

Ce n’est pas le doute qui rend fou, c’est la certitude.

Nietzsche (xxx)

Légende

(x) Nouvelle section qui a pour but de jouer avec le lecteur, ludique, donc, mais dites-donc !? Fut-ce approuvé la l’ASE ? Nique sa mère l’ASE ! J’aurais pas dit mieux.

(xx) Et ça l’a été…

(xxx) T’en connais d’autres de Nietzche ? Nan bien sûr, alors lis-en avant de réutiliser ses mots… Note pour plus tard.

Expériences

Bon, tu vas la fermer ?

Putain, nouvelles addictions, nouveau blog, nouvelle vie waouuuuuh c’est la teuf où est l’alcool ? Merde, d’office, la référence, faut être vieux pour l’avoir, au moins autant que moi. Bon, je vais commencer dans le vif du sujet : j’emmerde la terre entière, et je suis plus un ado depuis un bail quoi… Quelques années nique ta maman.

Ouais nique-la ! Fais-lui la nique à la one again… Quoi ça s’écrit pas comme ça ? ALAOUANEUGAINE t’es content ?

Eh je plaisante, enfin, faudra trouver la dose, soi-même. La dose de sérieux et celle de déconne, déconnade ou desconnouade tu l’appelles comme tu veux… Eh tu sais quoi ? Y aura des moments où tu risques fortement de me prendre pour un (vrai) dingue. J’ose espérer que ce sera le dingo gentil quoi, pas le pervers narcissique, l’enculé de service de qui je ne vois clairement pas pourquoi je parle. Le dingo pas mal intentionné (mais pas pour autant bien-intentionné, note la nuance), qui parle néanmoins. Qui cause bordel parce que faut causer et quand t’en es arrivé à un point de non retour assez dangereux, tu (rêves) racontes si tu peux, si tu le peux encore… La dose de théatralisme aussi faudra que tu l’estimes seul. Seul-e ? Ta gueule. (1)

Bon. J’ai posé les bases ? Je crois. Y aura que ça ici. Des trucs glauques, essentiellement. Des détails sur un inconnu, waouh quel programme !

 

(1) En italique, c’est quand je me parle (ou pas… devine)