Coucou c'est le gentil moi

Février 2020, je débarque. C’est un peu austère ici, va falloir un peu revoir le design…

Oula ! Mais c’est qu’il a été productif le bougre… Partez en mode trekking survivor à la pèche quelques mois, et au retour voilà le résultat ! Dommage que les trucs bien soient noyés dans un océan de conneries. Cela dit, aussi austère que soit ce lieu, ça fait du bien de savoir qu’on a un pied à terre sur internet. Un genre de forteresse personnelle où se retirer quand y en a besoin. J’ai toujours été éparpillé de partout.

Alors, voyons ça. Ici c’est une catharsis qui se pratique, version autodidacte, solitaire, et surtout anonyme. Le côté anonyme permet effectivement de cesser d’avoir honte pour telle ou telle chose. Alors ça veut dire que j’ai honte de choses moi ? Faut croire.

Bon, et j’ai noté quelques références à la CNV, et des discussions entre la conscience et l’ego. Elles sont souvent longues et incroyables de mauvais esprit volonté et foi. Et ça valse dans les insultes, quand le Moi insulte le Soi, ou que le Soi et Moi s’engueulent, le Lui s’en mêle et Lui, c’est qui ? Je me suis égaré là, mais si je voulais aller plus loin je pourrais arguer que Lui c’est le corps, et le corps tranche toujours. Le coeur lui reste silencieux la plupart du temps dans ces dialogues de sourds. S’il s’exprimait plus… Enfin.

Le blog a été tenu par un Moi très agressif, enfin passif-agressif pendant tout le début. Sur la défensive, parfois odieux, parfois moins. Mais en grande partie c’est un Moi en colère qui avait le clavier. Le méchant Moi. Le retour du gentil Moi va-t-il changer quelque chose ? Faudra voir. Ce retour va contre le désir de l’Autre de prendre toute la place et de finir par être le seul à tenir les rennes. Un oiseau m’a demandé de revenir. Me voici donc. On va tenter de canaliser un peu le truc.